La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Joël Maillard

Quitter la Terre

Quitter la Terre - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. 11 Gilgamesh Belleville
Joël Maillard © Simon Letellier

11 Gilgamesh Belleville / texte et mes Joël Maillard

Dans le cadre de la sélection suisse à Avignon, Joël et Joëlle, Maillard et Fontannaz, vous font pénétrer dans un projet étrange et farfelu de revitalisation de la Terre et de l’Humanité.

Quitter la Terre est-elle une pièce d’anticipation ?

Joël Maillard : Pas vraiment, car on se trouve plongé dans une conférence lors d’un colloque consacré au dilettantisme, qui pourrait se passer aujourd’hui ou dans le futur. Cette conférence traite d’un projet de régénération de l’écosystème qui nécessite l’absence pour un certain temps des êtres humains sur Terre. Cinquante mille personnes sont donc choisies et envoyées dans l’Espace pour pouvoir réinventer l’Humanité et, plus tard, repeupler la Terre.

Que fait-on dans ces stations orbitales ?

J. M. : On écoute de la musique et on écrit ses souvenirs. Il n’y a ni livres, ni images. Pas d’écrans non plus, et pas de Wikipedia. On débat donc beaucoup pour savoir qui a raison. La première génération hors de Terre écrit vingt millions de carnets pour transmettre ses souvenirs, le savoir et la littérature. Et elle organise des fêtes, en essayant de retrouver ce qui pourrait ressembler au plaisir.

Comment rendez-vous compte de ce projet ?

J.M. : On s’intéresse plus particulièrement à cette première génération « stationnaute ». Les deux présentateurs se laissent emporter dans la fiction du projet tout en continuant à le présenter. C’est de la science-fiction bricolée avec de la musique synthétique typique des années 70, un rétroprojecteur et une caméra vidéo qui permet d’entrer dans la station orbitale.

« C’est de la science-fiction bricolée avec de la musique synthétique typique des années 70. »

Comment est née cette idée?

J. M. : Les écosystèmes sont en danger, et il me semble qu’on réagit de manière bien lente et très mesurée face aux menaces. Personne ne parle de ralentir la croissance, c’est au contraire l’idée de devoir maintenir un taux de croissance qui prévaut. Je suis impressionné par la capacité de l’être humain – qu’on peut observer, je le dis sans rire, tous les jours dans le métro aux heures de pointe – à se coaliser autour d’un objectif commun. Mon goût pour les espaces clos et les microsociétés a par ailleurs influencé l’écriture.

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

Quitter la Terre
du Vendredi 6 juillet 2018 au Mardi 24 juillet 2018
Avignon Off. 11 Gilgamesh Belleville
11 Bd Raspail, Avignon

à 11h55, relâche les 11 et 18. Tel : 04 90 89 82 63.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes