La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Patrick Pelloquet

L’Affaire de la rue de Lourcine

L’Affaire de la rue de Lourcine - Critique sortie Avignon / 2016 Avignon Avignon Off. Collège de la Salle
Légende : Patrick Pelloquet, metteur en scène de L'Affaire de la rue de Lourcine. CR : DR

Collège de la Salle / de Eugène Labiche / mes Patrick Pelloquet

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Patrick Pelloquet, directeur du Théâtre Régional des Pays de la Loire, se penche sur la plus criminelle des comédies de Labiche, L’Affaire de la rue de Lourcine.

C’est la troisième fois que vous montez une pièce de Labiche, pourquoi cet attachement ?

Patrick Pelloquet : J’aime beaucoup travailler avec des auteurs de comédie. Depuis quinze ans, c’est mon domaine de prédilection, qu’ils soient classiques ou contemporains. Et Labiche est pour moi un des maîtres du genre.

« La pièce a un potentiel comique et dramatique extraordinaire. »

Quelles sont les particularités de L’Affaire de la rue de Lourcine ?

P.P. : C’est une pièce courte, en un acte. Labiche écrit un vaudeville à partir d’un fait criminel, ce qui est très original. Et comme toutes les pièces de Labiche, celui-ci joue avec la mauvaise conscience de ses personnages, mauvaise conscience qui suffit à transformer leur existence en véritable cauchemar. Cette pièce est très référencée dans l’histoire théâtrale. Il y a eu la superbe version de Deschamps et Makeïeff, et Jean-Pierre Vincent et Patrice Chéreau ont aussi commencé avec elle. Il faut dire qu’elle a un potentiel comique et dramatique extraordinaire.

Quelle histoire raconte-t-elle ?

P.P. : Lenglumé, « un homme rangé » comme il se nomme, un petit-bourgeois en somme, quitte le domicile conjugal pour se rendre à une fête d’anciens étudiants. Il se réveille le lendemain matin avec un homme dans son lit. Tous les deux ont abusé de l’alcool et ne se souviennent plus de rien. Seuls des morceaux de charbon et des noyaux de cerise dans leurs poches peuvent les renseigner sur ce qu’ils ont fait et les conduisent à penser qu’ils ont commis un crime. A partir de là, ils vont tenter de faire disparaître tout indice et tout éventuel témoin de ce forfait. Et tout ce qui est dit les renverra inexorablement à leur paranoïa.

Quels seront vos choix de mise en scène ?

P.P.  : Nous transposons l’action dans les années 1930. Une référence aux premiers temps des films parlants mais aussi une esthétique à dominante noire et blanche qui est très contemporaine. Labiche intégrait des plages musicales avec des airs connus à son époque. Nous avons retravaillé ces morceaux avec des sons et rythmes d’aujourd’hui. S’y ajouteront une bande sonore déformant, amplifiant certains bruits du quotidien, et des nappes de violon qui viendront souligner le suspens comme dans les films noirs.

 

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

L'Affaire de la rue de Lourcine
du Jeudi 7 juillet 2016 au Vendredi 29 juillet 2016
Avignon Off. Collège de la Salle
3 Place Louis Pasteur, 84000 Avignon, France

à 10h15, relâche les 12,19 et 26 juillet. Tel. : 09 62 08 69 10.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes