La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Mégère apprivoisée de William Shakespeare adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini

La Mégère apprivoisée de William Shakespeare adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini - Critique sortie Théâtre Paris Artistic Théâtre
© Marion Duhamel La Mégère apprivoisée

Reprise / de William Shakespeare / adaptation et mes Frédérique Lazarini

Publié le 2 octobre 2020 - N° 287

Avec des comédiens de grand talent, Frédérique Lazarini met en scène cette œuvre de jeunesse de Shakespeare, et éclaire brillamment ses enjeux en renouvelant le regard sur l’insoumission de la Mégère.

Dans Padoue la superbe, Catarina la rebelle tempête contre son entourage. Sa langue grondeuse rebute tous ceux qui la côtoient. Comment pourrait-elle trouver un époux ? Son père affirme qu’il n’accordera à personne la main de la cadette, la douce et courtisée Bianca, avant que Catarina la méchante ne soit mariée. La tigresse rencontrera bientôt son dompteur, Petruchio, motivé par… la dot. La célèbre intrigue, immortalisée à l’écran en 1967 par le duel titanesque entre Elisabeth Taylor et Richard Burton, plutôt rarement portée à la scène, traverse évidemment la question des relations de domination entre les sexes, et c’est cet aspect qui le plus souvent préoccupe les mises en scène contemporaines. Evitant le piège d’une actualisation ostentatoire, Frédérique Lazarini et les siens éclairent avec finesse, humour et habileté la fable et ses enjeux. Resserrée et épurée, l’adaptation orchestre à merveille le déploiement et les tumultes du sentiment amoureux, la guerre des sexes et la violence du mâle, mais aussi la question du rôle et ses ambiguïtés : celui qu’on joue sur scène, celui qu’on joue dans la vie. L’un reflétant l’autre, avec comme témoin actif le public. Le spectacle reprend un procédé cher au grand Will, une mise en abyme alerte qui mêle les époques, jusqu’à l’atmosphère des merveilleuses comédies italiennes des années 50-60, si pleines de tendresse, de férocité, de drôlerie, mettant en lumière les fanfarons et souvent les petites gens.

Mariage à l’italienne

Nous sommes sur la place d’un village accueillant un cinéma ambulant, avec l’écran en fond de scène. Les gradins du théâtre prolongent les bancs installés sur le plateau, tandis qu’entre la scène et l’écran s’articule une relation finement équilibrée, depuis des intermèdes savoureux jusqu’au dialogue ému entre personnages – l’un filmé à l’écran et l’autre joué sur le plateau. Inscrits dans cet ancrage italien joyeux et exubérant, les comédiens interprètent avec assurance et précision la partition. Sarah Biasini ou en alternance avec Delphine Depardieu sont chacune à leur manière une superbe, sensible et touchante Catarina, Cédric Colas est un Petruchio impérieux, énergique et méchant à souhait, Guillaume Veyre interprète excellemment le valet Tranio, en cousin jumeau du mythique Totò, Maxime Lombard est un père truculent, et Pierre Enaudi un amoureux provisoirement transi. Quant à Bianca, Charlotte Durand-Raucher lui donne vie dans de piquantes scènes filmées. En ceignant le plateau de linge blanc, la scénographie de François Cabanat fait écho à l’enfermement que constitue l’espace domestique pour les femmes, mais aussi aux si vivantes rues italiennes. Alors qu’on se plaît souvent à accorder des intentions en phase avec notre modernité au génie de Shakespeare – génie certes incomparable ! -, force est de constater que la chute de la pièce consacre la défaite de la mégère. Victoire par KO de la soumission, et adieu à l’émancipation. Mais ici peut-être que cette soumission n’est qu’apparence… Pour finir, s’invite par la voix de Catarina une autre parole particulièrement forte et belle : celle de Virginia Woolf dans Une Chambre à soi, évoquant la « sœur merveilleuse de Shakespeare ». On se souvient de la remarquable mise en scène de ce texte par Anne-Marie Lazarini, avec Edith Scob. Si actuel, si important, cet appel à prendre « l’habitude de la liberté et le courage d’écrire exactement ce que nous pensons » résonne magnifiquement.

Agnès Santi

A propos de l'événement

La Mégère apprivoisée de William Shakespeare adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini
du Lundi 26 octobre 2020 au Jeudi 31 décembre 2020
Artistic Théâtre
45 bis rue Richard Lenoir, 75011 Paris

Mardi 20h30 ; mercredi, jeudi 19h ; vendredi 20h30 ; samedi 17h et 20h30 ; dimanche 17h ; relâche lundi sauf les 23 novembre et 14 décembre à 20h30 ; relâche les 19 et 20 novembre et le 24 décembre ; le 25 décembre à 17h. Tél : 01 43 56 38 32. Durée : 1h40.  Spectacle vu en janvier 2020 à l’Artistic Théâtre.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre