La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

La cantatrice chauve & Les règles du savoir vivre dans la société moderne

La cantatrice chauve & Les règles du savoir vivre dans la société moderne - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Christian Berthelot Légende photo : Mr et Mme Smith devant leur coquet cottage

Publié le 10 novembre 2009

Ou comment les codes finissent par étouffer l’être dans les désordres de l’ordre.

Façade joliment ripolinée, tailleurs rose bonbon et chapeaux rouges sur vert gazon, messieurs bien mis en complet gris et sourires béatement accrochés à la cravate orange : les Smith reçoivent les Martin dans leur coquet cottage… La conversation file tranquillement, butinant de-ci de-là phrases prédécoupées dans le bréviaire des lieux communs et autres réflexions piochées à l’improviste au creux des préoccupations bourgeoises. Tant et si bien que, de non-sens en incohérences, la discussion tirée à quatre épingles finit en bagarre sémantique généralisée, faisant craquer toutes les coutures du langage qui ficèlent le tragique sous l’apparence des convenances. C’est que les mots ne disent jamais ce qu’ils prétendent… Jean-Luc Lagarce l’avait bien saisi, lorsqu’en 1991, il déboulonnait La cantatrice chauve de son piédestal « grand classique » pour en raviver les tranchantes couleurs à coups d’esthétique de feuilletons télé. Presque vingt plus tard, cette mise en scène a gardé tout son éclat, menée par une sacré bande de comédiens sous le regard de François Berreur. Du coup, Les règles du savoir-vivre dans la société moderne, que Jean-Luc Lagarce a soigneusement consignées, laissent transpirer tout leur absurde guindé. « Appuyé sur le livre des convenances‚ des usages et des bonnes manières‚ faisant toujours référence‚ sans jamais rien laisser passer de sa propre nature intime‚ (…) à la bienséance‚ l’étiquette‚ les recommandations‚ le bon assortiment des objets et des personnes‚ le ton et l’ordre‚ on se tiendra toujours bien‚ on sera comme il faut‚ on ne risquera rien‚ on n’aura jamais peur. » raillait-il. Sous la direction de François Berreur, Mireille Herbstmeyer égraine ces précieuses leçons, qui émondent chaque jour un peu plus l’élan de l’existence. « L’absurde n’est que l’intuition du tragique », rappelait Ionesco. Il connaissait son sujet…
 
Gwénola David


La cantatrice chauve, de Ionesco, reprise de la mise en scène de Jean-Luc Lagarce, regard extérieur de François Berreur, du 5 au 21 novembre 2009, à 20h, sauf mardi 19h, relâche dimanche et lundi, matinées exceptionnelles le 15 novembre à 16h et le 21 novembre à 15h ;

Les règles du savoir vivre dans la société moderne, de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de François Berreur, du 3 au 12 décembre, à 20h, sauf mardi 19h, relâche dimanche et lundi, matinées exceptionnelles le 6 décembre à 16h et le 12 décembre à 15h, au l’Athénée-Théâtre Louis Jouvet, Square de l’Opéra-Louis Jouvet, 7 rue Boudreau, 75009 Paris. Rens. 01 53 05 19 19 et www.athenee-theatre.com.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre