La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Agenda

La Belle

La Belle - Critique sortie Danse

Jean-Christophe Maillot frotte féerie et réalité pour restituer le merveilleux et le tragique de La Belle.

Publié le 10 juin 2007

Jean-Christophe Maillot décape le mythe de La Belle au bois dormant dans un ballet qui enlace merveilleux ludique et cruauté tragique.

Adieu mythe pimpant et son cortège d’espoirs roses bonbon : La Belle, signée Jean-Christophe Maillot, s’échappe du bois dormant ! « J’ai travaillé à partir de la trame originelle de Perrault, dont on occulte généralement la dimension tragique pour ne célébrer que la féerie somptueuse. Pourtant, la fable ne s’achève pas sur un mariage glorieux mais raconte l‘histoire cruelle d’un amour empêché. », explique le directeur des Ballets de Monte-Carlo. S’émancipant tout autant du souvenir immortel du ballet de Petipa ou de la version de Noureev, il décape l’enluminure technicolor et pénètre dans les arcanes de la fable pour en dévoiler la puissance érotique et la tension tragique, serties dans une esthétique résolument contemporaine. Les costumes chamarrés de Philippe Guillotel, l’espace épuré d’Ernest Pignon-Ernest, le vocabulaire chorégraphique néoclassique, tantôt anguleux, tantôt tout en rondeurs, confrontent féerie et réalité, donnant à cette lecture la beauté vénéneuse et l’émotion charnelle du conte originel.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse