La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Karamazov

Karamazov - Critique sortie Théâtre saint denis Théâtre Gérard-Philipe
Légende : Karamazov, mis en scène par Jean Bellorini. Crédit : Pascal Victor

Théâtre Gérard-Philipe – CDN de Saint-Denis / d’après Fédor Dostoïevski / mes Jean Bellorini

Publié le 28 décembre 2016 - N° 250

Le jeune directeur du Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis poursuit son chemin au croisement de la littérature, du théâtre et de la musique. A la tête de sa troupe de comédiens-chanteurs-musiciens, il se lance dans Les Frères Karamazov de Fédor Dostoïevski. Une plongée dans les bouillonnements de l’humain.

C’était en juillet dernier. Jean Bellorini était pour la première fois invité au Festival d’Avignon. Pour l’occasion, le jeune directeur du Centre dramatique national de Saint-Denis a choisi de porter à la scène le dernier roman de Fédor Dostoïevski. Et de présenter son spectacle au sein du cadre imposant de la Carrière de Boulbon. Les Frères Karamazov. Un roman-monstre. L’un des phares de la littérature mondiale. Une œuvre-monument, qui brasse (et embrasse) le monde, nous entraîne au cœur des bouillonnements de l’humain, des profondeurs de l’existence : mystères de la mort et de la vie éternelle, énigme de Dieu, tourments de l’amour, violence des rapports familiaux. Un défi à la mesure d’un chef de troupe habitué, avec ses fidèles interprètes (certains d’entre eux l’accompagnent depuis plus de 15 ans), à lancer des passerelles entre le théâtre et la littérature. Tout en associant ces deux champs artistiques à la musique, qui constitue l’un des points de repère de l’univers du metteur en scène.

 Brasser (et embrasser) le monde 

Un spectacle total, donc, qui parcourt les routes de France depuis le mois de novembre dans une version qui s’est ajustée au fil des représentations (le spectacle compte, aujourd’hui, une heure de moins que lors de sa création à Avignon). Plutôt que de s’efforcer de rendre compte du texte de Dostoïevski dans son intégralité, Jean Bellorini en a extrait des fragments qui investissent, à travers des jeux de clairs-obscurs, ses principaux mouvements. Cela, sans chercher à synthétiser ou à résoudre le roman en l’inféodant au théâtre. Car l’une des grandes qualités de cette proposition interprétée par des artistes émérites est de laisser émerger (parallèlement à des airs de Tchaïkovski, Vivaldi, Chopin, ou à une chanson de Salvatore Adamo) la matière même de la littérature. Comme dans la vie, des espaces de flottement voient le jour, ainsi que des zones de complexité. Des moments de fulgurance, aussi – scènes à dimension lyrique ou poétique qui imposent définitivement la beauté du projet. Peut-être plus escarpé que les précédentes créations de Jean Bellorini, Karamazov donne également l’impression de davantage de liberté. On sort de ces 4h30 de spectacle avec de l’humain plein les yeux. Et des élans métaphysiques au fond de soi.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Karamazov
du Jeudi 5 janvier 2017 au Dimanche 29 janvier 2017
Théâtre Gérard-Philipe
59 Boulevard Jules Guesde, 93200 Saint-Denis, France

Les lundis, jeudis et vendredis à 19h, les samedis à 18h, les dimanches à 15h. Spectacle vu le 14 décembre 2016 au Théâtre de Caen. Durée : 4h30 avec entracte. Tél. : 01 48 13 70 00. www.theatregerardphilipe.com


Egalement les 2 et 3 février 2017 à la Scène nationale du Sud Aquitain, les 9 et 10 février au Théâtre national de Nice, les 17 et 18 février à la Scène conventionnée de Brive, du 23 au 25 février à la MAC de Créteil, du 1er au 5 mars au Théâtre Firmin Gémier de Châtenay-Malabry, les 10 et 11 mars à la Scène nationale de la Roche-sur-Yon, les 14 et 15 mars à la Maison de la Culture d'Amiens, du 22 au 25 mars au Théâtre national de Toulouse, du 30 mars au 2 avril et du 4 au 7 avril au Théâtre des Célestins à Lyon, le 20 avril au Domaine d’O à Montpellier, les 27 et 28 avril à la Scène nationale de Sète, le 12 mai au Théâtre de Compiègne, les 19 et 20 mai à la Comédie de Clermont-Ferrand, les 31 mai et 1er juin à la Scène nationale de Quimper.


 


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre