La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin

J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin - Critique sortie Avignon / 2016 Avignon Avignon Off. Théâtre des Doms
Crédit photo : Alice Piemme Légende photo : Philippe Jeusette au pays de l’usine.

Théâtre des Doms / D’après Spoutnik de Jean-Marie Piemme / adaptation et réalisation Philippe Jeusette et Virginie Thirion

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Le collectif Travaux Publics présente l’adaptation théâtrale du roman autobiographique de Jean-Marie Piemme. Evocation d’une jeunesse au pays de l’usine et portrait d’un monde en cours de liquidation.

Jean-Marie Piemme, l’auteur génialement truculent de L’Ami des Belges, Dialogue d’un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis, Les Pâtissières, retrace, dans Spoutnik, son enfance à Seraing, dans cette Wallonie, terre d’usines, qui l’a vu naître et grandir. « De ce récit de tendresse teinté de pragmatisme », Virginie Thirion et Philippe Jeusette créent une adaptation théâtrale rebaptisée d’un titre qui en dit l’accessoire pour en signifier l’essentiel : la maison sans grâce, le boudin, la mère à ses fourneaux dans la cuisine, le père rentrant de l’usine, les oncles, les tantes, les Saint-Nicolas, l’entrée dans Bruxelles… « La maison, l’usine, l’école, la filiation et le rapport au père comme lien entre tout, deviennent une nouvelle matière pour raconter l’émancipation d’un homme au regard de l’évolution et de la transformation de son histoire ouvrière et familiale ».

Entre mémoire et réinvention

Sur scène, Eric Ronsse passe de la guitare à la contrebasse et donne vie à l’image du père. Claire Bodson incarne le visage de la mère, et Philippe Jeusette est à la fois l’homme qui raconte, l’enfant qui grandit, et tous les autres personnages. La manipulation à vue du décor et des accessoires, la musique et les images projetées « ajoutent juste ce qu’il faut de réalité pour ouvrir notre imaginaire et nous transporter dans le temps » et dans un passé à la fois raconté et réinventé, comme toujours lorsque la fiction s’empare de la mémoire. En arrière-plan de ce spectacle, dit Virginie Thirion – qui cosigne l’adaptation scénique avec Philippe Jeusette – « nous ne pouvions oublier l’actualité des usines, d’Arcelor Mittal… Il existe une sorte de fin programmée de ce monde-là, inéluctable et révoltante. (…) Il nous semble important de dire que les ouvriers ne sont pas seulement des gens qui se plaignent parce qu’ils sont en train de perdre leur emploi. C’est tout un pan de l’Histoire, de leur histoire, qui est en train de disparaître. »

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin
du Jeudi 7 juillet 2016 au Mercredi 27 juillet 2016
Avignon Off. Théâtre des Doms
1 Rue des Escaliers Sainte-Anne, 84000 Avignon, France

à 18h15 (relâche les 13 et 21 juillet). Tél : 04 90 14 07 99.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes