La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Ivanov Re / Mix

Ivanov Re / Mix - Critique sortie Théâtre Vanves Théâtre de Vanves
Légende : Ivanov à la recherche d’une nouvelle virginité CR : Danièle Pierre Leclerc

Critique
Théâtre de Vanves/Tchekhov/mes d’Armel Roussel

Publié le 28 mars 2013 - N° 207

Tchekhov nouvelle vague. Parce que le désenchantement traverse obstinément les époques, Armel Roussel propose une revigorante version de ce drôle de drame existentiel. A voir.

A voir, et pourtant, quel ennui … dans sa première partie. Car à moins de se dire qu’Armel Roussel a voulu y mimer l’état mélancolique du personnage d’Ivanov, on ne trouve que peu d’intérêt à une introduction languissante et maniérée qui embarque le spectacle dans un faux rythme et sur de faux semblants. Mais passons vite. La suite est des plus réjouissantes. Vive, créative, intelligente et poétique.  La compagnie [e]Utopia 3, qui bénéficie d’une carte blanche dans le festival Artdanthé, y déploie un talent justifiant largement ce statut d’invité d’honneur.  Petit rappel des faits : Ivanov, propriétaire terrien en proie à des problèmes financiers, se désintéresse de sa femme moribonde, et peine à assumer sa passion naissante pour une jeune fille voisine. L’enjeu fondamental pour Ivanov, à travers cette situation ordinaire, est de retrouver le goût de vivre, de croire à nouveau  aux promesses de l’amour et du bonheur, à la possibilité d’un absolu, de s’extraire de cet état mélancolique qui l’accable profondément, produit du mal du siècle romantique et d’un début de20ème siècle nihiliste qui n’en finissent plus de produire leurs effets.

Jeunesse argentée et décadente des beaux quartiers

De cet évident voyage du “dégoût de vivre“ à travers les époques, la mise en scène d’Armel Roussel tire profit, en poursuivant sa course jusqu’à aujourd’hui. Avec le temps, la bourgeoisie moquée par Tchekhov se transforme ainsi en une jeunesse argentée et décadente des beaux quartiers, aux seins bombés, et les émollientes sonates au piano, servies à l’heure du thé, en des rythmes hypnotico-techno qui vous transforment des hommes en machines à danser. Le tout sous des flots de vodka qui coulent sur scène et dans la salle. Le remix d’Ivanov traversant les frontières fiction/réalité – ce n’est pas nouveau mais extrêmement bien fait –, l’euphorie alcoolisée qui grandit sur scène se propage  allègrement dans la salle à coups de shots à la violette abondamment distribués aux spectateurs. Et dans l’espace ainsi vaguement  transformé en bar, Nicolas Luçon, pour incarner Ivanov joue faux et faussement chantant, entre Léaud et Amalric, entre Truffaut et Desplechin, empêtré dans des questions existentielles profondes qu’il rend souvent oiseuses. Autour de lui, une kyrielle de très bons acteurs, énergique, émouvante et drôle concocte un cocktail explosif mélangeant Godard, Tchekhov version drame et comédie, et textes de Roussel, dans un jeu toujours en passe de dénoncer la théâtralité en même temps qu’elle joue parfaitement bien de ses effets. L’ensemble est énergique, drôle et émouvant, jubilatoire malgré quelques passages où la joie retombe. A peine le temps de reprendre son souffle pour s’élancer vers une fin qui, elle, se passe de mots, tant elle est belle.

Eric Demey

A propos de l'événement

Ivanov Re / Mix
du Vendredi 5 avril 2013 au Vendredi 12 avril 2013
Théâtre de Vanves
11 avenue Jézéquel, 92170 Vanves.
Du 2 au 13 avril à 20h30. Relâche les 5,7 et 12 avril. Tél : 01 41 33 92 91.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre