La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Instances

Instances - Critique sortie Danse Chalon-sur-Saône Espace des arts
Crédit photo : Agathe Poupeney Légende photo : Boire de longs oublis, d’Alban Richard.

Espace des arts / Chalon-sur-Saône
Festival de danse

Publié le 29 octobre 2012 - N° 203

La dixième édition du festival porte le focus sur la scène chorégraphique sud-africaine.

Direction plein Sud ! Pour sa dixième édition, le festival Instances garde le cap sur la découverte et la création. Cette année, c’est jusque dans les terres d’Afrique du Sud qu’il s’aventure, avec cinq artistes en focus. « J’ai été frappé par la force de l’engagement et la maturité artistique de ces chorégraphes face à la situation politique sud-africaine où la démocratie se voit chahutée et se cherche toujours. Ils ne craignent pas de se colleter avec l’état de la société et parviennent à incarner leur propos dans les corps, par des écritures singulières, contemporaines et très affirmées, raconte Philippe Buquet, directeur de l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône. Ainsi de Dada Masilo, qui avec The Bitter End of Rosemary, exprime en un puissant rituel intime le vécu de toutes les femmes opprimées, oppressées, trompées que l’on dit folles ou qui le deviennent. Ou de Nelisiwe Xaba, qui détourne la coutume pour questionner la condition féminine actuelle et les intrications entre corps et pouvoir. Ou bien encore de Désiré Davids, qui s’attaque à la situation des métis, considérés là-bas comme « moins qu’un blanc mais mieux qu’un noir ». A sa façon, Gregory Maqoma sème aussi souvenirs et questions d’identité au cœur brûlant de son Histoire, avec Beautiful me qui renvoie l’écho d’un homme traversant son passé pour pouvoir vivre au présent. Croquant l’actualité à pleines dents, Eric Languet et PJ Sabbagha raillent quant à eux la dérive ultralibérale qui guette la société sud-africaine, soumettant les danseurs à la rude compétition pour l’emploi et les corps à l’étalonnage selon les normes en vigueur.

Le mouvement au cœur de la danse

Aussi différentes que soient ces démarches, sans doute trouvent-elles leur trait d’union dans le mouvement, au cœur de l’écriture. Comme chez Johanne Saunier et Mathurin Bolze, qui le poussent jusqu’à l’épuisement dans Modern Dance, création inspirée des marathons de danse, qui se répandirent dans les années 20, pendant la grande crise aux États-Unis. « La programmation révèle un certain état de la création chorégraphique. » remarque Philippe Buquet. « Le mouvement, un temps négligé, revient en force. ». Alban Richard le travaille en orfèvre. Dans Boire les longs oublis, qui tire ses motifs de L’île des morts, tableau de Böcklin et musique de Rachmaninov, il compose une étrange rêverie, traversée d’ombre et de brouillard. Avec trois créations et deux premières sur le continent européen, Instances montre toute la force de ces esthétiques plurielles où la danse chuchote les histoires du monde.

 

Gwénola David

A propos de l'événement

Instances
du Mardi 20 novembre 2012 au Samedi 24 novembre 2012
Espace des arts
5 bis avenue Nicéphore Niepce, 71102 Chalon-sur-Saône

Tél. : 03 85 42 52 00


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse