La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Place au cirque !

Circa

Circa - Critique sortie Cirque Auch Circa - Pôle National Cirque
Crédit : Francis Rodor Lâcher prise, s’émanciper, quand on est femme et acrobate au sol : La Collective du Biphasé.

Festival / Auch

Publié le 26 septembre 2018

90 représentations, 17 lieux, 500 jeunes issus d’écoles de cirque et 300 professionnels : comment parler de Circa sans verser dans le superlatif ou l’hyperbole ? En se concentrant sur l’humain, tout simplement. Voici un cirque pour être ensemble, un cirque à l’échelle de nos humeurs, de nos sentiments, de nos passions, un cirque pour se sentir vivant dans le grand fracas du monde.

Déjanté, scintillant, merveilleux, sexy, vagabond, rageur, le ton de ce 31e festival prend toutes les couleurs du moment. C’est l’occasion de redire toute la diversité du cirque, sa pluralité de formes et d’esthétiques avec des artistes à retrouver ou à découvrir. On est heureux de recevoir des nouvelles du Cirque Aïtal et de ses inénarrables Victor et Kati dans leur dernière création Saison de cirque ; ou des Mains sales qui réunit de nouveau Colline Caen et Serge Lazar, autour du chant déchirant de Purcell O let me weep ; et de Camille et Blaï, bel et bien avec leur corbeau pie Gus. Sans oublier le bonheur de retrouver Akoreacro, qui s’essaye à la farce érotique aux côtés d’un Pierre Guillois souvent grivois (Dans ton cœur), ou de tenter une seconde fois l’ascension de la Face Nord de la compagnie Un Loup pour l’Homme, mais avec une équipe féminine. Et les grands écarts sont assurés, lorsque l’on passe du drolatique Deixe-me par la Subliminati corporation aux interrogations métaphysiques des Gens qui dansent de l’équipe de Naïf Production. Ils ont en commun la parole ; mais quand les uns glissent vers un délire clownesque, les autres s’enivrent d’une véritable chorégraphie, donnant au corps le meilleur rôle au-delà de tout discours.

La preuve par l’Autre

Plusieurs projets se font remarquer dans leur nécessité toute simple de rassembler des femmes : La collective du Biphasé est une émanation de la compagnie Le Biphasé, et rassemble des femmes acrobates au sol dans Douze Manières ou d’une autre. Quant à Projet.PDF Portés de Femmes, son titre suffit pour dire l’exclusivité d’une troupe féminine, qui livre les corps et leurs espoirs dans un manifeste politique. On pourra aussi choisir de se plonger dans la réalité, toute poétisée, des rapports femme – homme à travers la belle proposition de Patrick Masset. Strach – a fear song donne à voir, façon rêve éveillé, les peurs enfouies et la violence des relations humaines. Dans un jeu constant entre l’espace du sol – brut, bestial, cruel – et l’élévation – solaire, bienveillante, confiante – trois acrobates (issus du collectif XY) et une chanteuse lyrique explorent la nature des comportements humains et des émotions. De l’antique peur du loup à la peur de l’Autre, jusqu’à faire tomber les masques… C’est ainsi que se transforment la férocité en délicatesse, la sauvagerie en solidarité, et la lutte en étreinte. Et si la force et la puissance pouvaient se mettre au service d’une relation sensible, de gestes profonds et responsables ? La preuve par la façon dont le musicien lui-même s’engage, et le public, qu’une douce main d’acrobate invite à l’expérience.

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Circa
du Vendredi 19 octobre 2018 au Dimanche 28 octobre 2018
Circa - Pôle National Cirque
Allée des Arts, 32000 Auch

Tél. : 05 62 61 65 00.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant