La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Hors la loi de Pauline Bureau

Hors la loi de Pauline Bureau - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Vieux-Colombier
© Brigitte Enguérand, collection CF Hors la loi, de Pauline Bureau.

texte et mes Pauline Bureau

Publié le 28 mai 2019 - N° 277

Pour sa première collaboration avec la troupe de la Comédie-Française, l’auteure et metteure en scène Pauline Bureau revient sur l’histoire de Marie-Claire Chevalier, protagoniste centrale, en 1972, du procès de Bobigny.

Marie-Claire Chevalier, c’est le nom de l’adolescente qui, à la fin de l’année 1972, se retrouva au centre du célèbre procès de Bobigny, procédure judiciaire pour avortement qui participa à ouvrir la voie, un peu plus de deux ans plus tard, à la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse dans notre pays. C’est également le nom du personnage autour duquel se déploie la nouvelle création de Pauline Bureau. Après s’être intéressée, dans Mon cœur (spectacle présenté, en 2017, au Théâtre des Bouffes du Nord), au scandale sanitaire du Mediator, l’auteure et metteure en scène éclaire à présent l’histoire de cette jeune femme âgée de 16 ans qui, après avoir été violée, est tombée enceinte, s’est fait avorter et a été mise en cause pour cela. Mais c’est aussi, plus largement, sur l’histoire d’une période charnière de l’avancée des droits des femmes en France qu’elle se penche. Une période dont Hors la loi reprend les principaux repères : du « Manifeste des 343 » paru en avril 1971 dans Le Nouvel Observateur (pétition de 343 femmes, dont de nombreuses célébrités, déclarant avoir eu recours à l’avortement et demandant l’accès libre à l’I.V.G.) à la plaidoirie de l’avocate Gisèle Halimi au tribunal de Bobigny, en passant par les grandes voix qui s’exprimèrent lors de ce procès hors du commun.

Une narration explicative

Simone de Beauvoir, Delphine Seyrig, le Prix Nobel de médecine Jacques Monod, Michel Rocard participèrent ainsi à cette affaire judiciaire qui, prise sous les feux des projecteurs médiatiques, devint le procès de la loi dite « de 1920 » (qui définissait, à l’époque, l’avortement comme un crime passible de la cour d’assises). Tous ces faits nous paraissent aujourd’hui à la fois assez lointains et étrangement proches, si l’on considère le retour en force, ailleurs et ici, des militantes et militants anti-avortement. C’est l’une des vertus de cette création : rappeler que, avant la loi Veil, des milliers de femmes des classes populaires, n’ayant pas suffisamment d’argent pour aller se faire avorter en Suisse ou en Angleterre, mouraient chaque année du fait d’avortements clandestins. Si on peut reconnaître à Hors la loi des qualités didactiques, on peut aussi regretter son manque de relief artistique. Les neuf comédiennes et comédiens qui incarnent la vingtaine de rôles de ce spectacle sont pourtant convaincants. Mais l’écriture et la mise en scène de Pauline Bureau peinent à dépasser les limites d’une narration purement horizontale. Cette narration s’en tient à l’informatif, à l’explicatif. Elle trace son chemin sans réussir à se hisser à la hauteur de son sujet.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Hors la loi de Pauline Bureau
du Vendredi 24 mai 2019 au Vendredi 7 juin 2019
Théâtre du Vieux-Colombier
21 rue du Vieux-Colombier, 75006 Paris

Du mercredi au samedi à 20h30, les dimanches à 15h, les mardis à 19h. Durée de la représentation : 2h05. Tél. : 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.fr.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre