La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -244-CDN Nanterre~Amandiers ~ Saison 2016~2017

Une mouette et autres cas d’espèces

Une mouette et autres cas d’espèces - Critique sortie Théâtre Nanterre Théâtre Nanterre Amandiers
© Sylvain Couzinet-Jacques Hubert Colas

Libre réécriture de La Mouette d'Anton Tchekhov / mes Hubert Colas

Entretien / Hubert Colas

Publié le 28 mai 2016 - N° 244

Hubert Colas a demandé à quatre écrivains de s’approprier un des actes de La Mouette et d’inventer des variations sur les thèmes tchekhoviens. Une œuvre polyphonique qui interroge la littérature.

« La pièce pose la question du saisissement des écritures. »

Comment ce projet est-il né ?

Hubert Colas : A la fin des années 90, j’ai monté Le Mariage de Gombrowicz, qui est une satire d’Hamlet. Dans la continuité, j’ai monté Hamlet en 2005, en m’apercevant qu’il y avait un chemin à faire dans le répertoire, pour explorer toutes les pièces inspirées par celle-là. On retrouve la structure hamletienne dans La Mouette. Saisi par le désir de retraduire ce texte qui parle de l’opposition entre différentes formes littéraires (Treplev contre Trigorine), je me suis dit que le plus juste serait d’inviter des auteurs contemporains à se saisir de cette problématique et de confronter les acteurs à différentes formes littéraires. J’ai donc confié l’acte 1 à Édith Azam, l’acte 2 à Annie Zadek, l’acte 3 à Liliane Giraudon et l’acte 4 à Nathalie Quintane ; et j’ai demandé à Jacob Wren un prologue pour dire ce que représente La Mouette pour lui, aujourd’hui, et un épilogue à Angélica Liddell, grande figure du théâtre contemporain.

 

Quel est l’intérêt de cette polyphonie ?

H. C. : Chaque écriture réinvente les situations, donne son point de vue. Imaginaire débridé, écriture plus classique, tendant vers une forme mélodramatique, poésie sonore, considérations politiques : plusieurs formes littéraires sont proposées au public. La pièce rompt avec la continuité psychologique des personnages, jusqu’au volte-face entre les actes, et pose la question du saisissement des écritures, qui est exactement celle que pose Tchekhov dans La Mouette. La mise en scène s’organise dans un espace global, mais celui-ci se modifie en fonction des écritures. La question de la représentation est au cœur du théâtre de Tchekhov, mais quand il s’en saisit, il parle davantage de la problématique de l’écriture que de la forme théâtrale. Nous faisons entendre six langues différentes plutôt que de donner à voir des formes spectaculaires différentes. Le public est alors confronté à ce choix entre les écritures qui est celle du conflit entre Treplev et Trigorine : l’objet est ainsi atteint !

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

La Mouette d'Anton Tchekhov
du Jeudi 12 janvier 2017 au Dimanche 22 janvier 2017
Théâtre Nanterre Amandiers
7 Avenue Pablo Picasso, 92000 Nanterre, France

Tél : 01 46 14 70 00. www.nanterre-amandiers.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre