La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -225-JAZZ / NICOLAS FOLMER

Sphere

Sphere - Critique sortie Jazz / Musiques
Sphere fut un album charnière dans le parcours de Nicolas Folmer. © D. R.

Publié le 26 octobre 2014 - N° 225

Dans la carrière de Nicolas Folmer, il y aura sans doute un avant et un après Sphere. Dans ce disque sorti en début d’année, le trompettiste confronte ses compositions ciselées à trois maestros du dérapage fertile : Dave Liebman, Michel Portal et Daniel Humair.

Sur le papier, le projet Sphere, c’est le choc des cultures, le combat du yin et du yang, l’alliance des contraires. Dans la réalité, les choses ne sont bien évidemment pas aussi simples. Sorti en début d’année, ce disque s’inscrit sur les pas de Lights publié deux ans plus tôt par Nicolas Folmer et Daniel Humair. Un album qui avait surpris tout son monde. « Nico a un sens du rythme diabolique tandis que Daniel Humair a une vision plus souple et élastique des choses. Et en fait, l’alliance des deux marche très bien. » souligne le pianiste Thomas Enhco. Si le trompettiste est allé chercher son aîné, c’est justement pour se remettre en question. Au contact de la liberté du batteur-peintre, Nicolas Folmer a beaucoup appris : « je voulais être bousculé et c’est quelqu’un qui vous pousse dans vos retranchements » confie-t-il. Avec Sphere, le trentenaire va encore plus loin puisqu’il invite aussi deux autres légendes de la musique improvisée, deux complices historiques de Daniel Humair, deux monstres du jazz contemporain : le saxophoniste Dave Liebman et le clarinettiste (et saxophoniste) Michel Portal.

Mise sur orbite

En choisissant Sphere comme titre de baptême pour cette rencontre au sommet, on a le sentiment que Nicolas Folmer souhaite accomplir sa révolution cosmique : en tournant autour de ces apôtres de la liberté non contrôlée, il s’approprie leurs lumières et leurs matières. En retour, Daniel Humair confie apprécier « cette confiance » que le trompettiste lui accorde. « Quand il m’a demandé si je voulais former un groupe avec lui, j’ai accepté parce que j’aime beaucoup sa manière de jouer. C’est un type extrêmement sérieux, organisé, qui joue magnifiquement bien du vrai bon jazz, avec des moyens dignes des plus grands. » Et le batteur de préciser qu’il n’accepte pas si souvent que ça ce genre d’invitation : « je ne suis pas quelqu’un de très facile à manier… en principe… car je pense être plus facile à vivre qu’on le croit ! J’impose mon background, mon concept. Je ne viens pas faire le batteur caméléon, je ne viens pas servir la soupe. » Nicolas Folmer devrait même selon lui aller encore plus loin dans cette échappée belle : « c’est quelqu’un qui a toutes les possibilités pour aller vers une musique encore plus ouverte. Je ne sais pas pourquoi il s’empêche encore parfois d’être complètement improvisateur sur scène. » Le trompettiste voulait être poussé au-delà de ses limites. Voilà son vœu exaucé de belle manière.

Mathieu Durand

Sphere paru en février 2014 sur le label Cristal Records.

A propos de l'événement

Sphere


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques