La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -225-JAZZ / NICOLAS FOLMER

Horny Tonky

Horny Tonky - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 26 octobre 2014 - N° 225

Le 27 janvier 2015, les clichés sur Nicolas Folmer risquent de prendre un gros coup sur la tête. Ce jour-là, le trompettiste dévoilera son nouvel album intitulé Horny Tonky, chahuteur et danseur. Quand Folmer s’échauffe à l’électricité…

Nicolas Folmer aime à dire que la naissance de son fils en 2012 a changé sa vie. Tel un Roger Federer qui avouait avoir été transformé par la paternité, le trompettiste joue peut-être avec « moins de pression », et l’idée que l’essentiel est peut-être ailleurs. Plusieurs fois récompensé, (Django d’Or, Victoire de la Musique, Ordre des Arts et des Lettres), le Français s’était sans doute mis parfois à jouer moins pour lui que pour les autres. Avec son nouveau projet baptisé « Honky Tonky », Nicolas Folmer revient à l’essentiel : le plaisir avant toute chose. Il y a quelques années, personne n’aurait pu imaginer le gosse de 18 piges premier prix de trompette au CNSM se lancer dans un reggae à la cool, dans des embardées électriques ou dans des cocottes funk, comme sur ce nouveau disque à paraître le 27 janvier sur le label Cristal Records. Ce serait pourtant oublier que la carrière du trompettiste n’a rien du long fleuve tranquille. Ce serait oublier que deux ans après sa sortie du Conservatoire le jeune homme avait fondé un groupe au titre hautement symbolique, NoJazz, un combo cocktail de musiques aussi électroniques que latines. Ce serait oublier que le Parisien a été bouleversé à vie par un séjour sur l’Île de la Réunion et sa musique phare, le maloya. Ce serait enfin oublier qui le trompettiste avait invité en 2009 pour graver Off the Beaten Tracks, vol. 1, un disque live enregistré au Duc des Lombards : l’Américain Bob Mintzer, soit le saxophoniste d’un des groupes légendaires du jazz fusion, les Yellowjackets.

Ode au plaisir

Avec Horny Tonky, Nicolas Folmer croque à pleines dents dans sa madeleine de Proust. Lui qui confie avoir vu son adolescence chamboulée par la découverte du saxophone enflammé de Michael Brecker délivre un concentré jazz funk imparable et décoiffant. Pour l’occasion, le trompettiste s’accompagne d’un sextet bouillant et éclectique : le pianiste et organiste Laurent Coulondre (lauréat du très prestigieux Concours National de Jazz à la Défense cette année), le bassiste Laurent Vernerey (déjà présent sur le projet Sphere), le batteur Yoann Schmitt (un complice du Biréli Lagrène format électrique), le guitariste Thomas Coeuriot (entendu avec Damien Saez, Alain Souchon ou Henri Salvador) et le très jeune saxophoniste Antoine Favennec. Ça groove, ça chauffe, ça envoie : à l’instar d’un Pierrick Pédron que le projet jazz-rock Omry en 2009 avait métamorphosé, Horny Tonky fait tomber le masque « classique » de Nicolas Folmer.

Mathieu Durand

 

Honky Tonky, parution le 27 janvier 2015 sur le label Cristal Records.

A propos de l'événement

Horny Tonky


Honky Tonky, parution le 27 janvier 2015 sur le label Cristal Records.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques