La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -258-Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, Centre Dramatique National.

Se construire par la tangente

Se construire par la tangente - Critique sortie Théâtre Sartrouville Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
Magali Mougel CR : DR

Entretien Magali Mougel

Publié le 24 septembre 2017 - N° 258

Magali Mougel est une autrice qui place la question du féminin au cœur d’une œuvre polymorphe, politique et poétique.

Peut-on dire de vous que vous êtes une autrice féministe ?

Magali Mougel : Je travaille beaucoup sur la représentation des femmes dans la société. J’ai un opus central dans mon parcours qui a été édité en 2013, intitulé Guérillères ordinaires. Tous mes textes s’y rapportent plus ou moins, dans le sens où ils cherchent à comprendre ce qui se passe quand on dit « non » – non à la famille, non au patriarcat, non au rôle social qu’on assigne aux femmes -, quand on essaye en somme de se construire par la tangente. Mon militantisme se concentre dans l’écriture qui occupe 90% de mon temps. Par ce travail, j’essaye de réinventer un rapport au monde pour et par le féminin. Mon écriture recourt aussi aux mythes. Je crois que nous sommes tous traversés par des œuvres qui nous préexistent et qui nous travaillent en creux.

En quoi votre langue est-elle marquée par une certaine poésie ?

M.M. : Je me sens plus à l’aise dans un travail qui fait un pas de côté, où mon regard sur la réalité prend le pas sur le réel lui-même. Ce travail sur la langue permet de faire comme un massage des oreilles, de sortir de la langue de tous les jours. Ce décalage me semble primordial pour explorer l’envers des choses.

« Je me sens à l’aise dans un travail qui fait un pas de côté. »

Dans quelles circonstances avez-vous développé votre activité littéraire pour la jeunesse ?

M.M. : Cela a commencé par le biais de commandes. Au début, j’avais l’impression que ce n’était pas fait pour moi. La confiance qu’on m’a accordée m’a permis de croire que j’avais ma place dans cet espace, et cela a été un vrai plaisir. Parce que l’exigence du public jeune est vraiment importante. Quand ils n’aiment pas, ils le disent clairement, sans les détours des adultes. Ecrire pour les jeunes m’oblige à interroger la petite enfant qui est en moi sur ce qu’elle pense de mon idée. Trois projets seront présentés cette année à Sartrouville, Poudre noire, mis en scène par Simon Delattre, sur les thématiques des fantômes et des armes à feu, La Nuit où le jour s’est levé, que j’ai coécrit avec Sylvain Levey et Catherine Verlaguet à l’initiative du metteur en scène Olivier Letellier, sur l’aventure d’une adoption, et We just wanted you to love us, création d’Odyssées en Yvelines sur le harcèlement scolaire à travers le point de vue du harceleur, dans une mise en scène de Philippe Baronnet.

 

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

Poudre noire / La Nuit où le jour s’est levé /
du Mercredi 29 novembre 2017 au Samedi 17 mars 2018
Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
Place Jacques-Brel, 78500 Sartrouville.

Poudre noire, les 29 et 30 novembre 2017. Dès 12 ans.


La Nuit où le jour s’est levé, le 5 décembre 2017. Dès 9 ans.


We just wanted you to love us, le 31 janvier 2018 et du 15 au 17 mars 2018. Dès 13 ans.


Tél. 01 30 86 77 79.


Site : www.theatre-sartrouville.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre