La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -236-LE TRAIN THÉȂTRE

Promouvoir la chanson de création

Promouvoir la chanson de création - Critique sortie Jazz / Musiques Portes-lès-Valence Le Train Théâtre
Luc Sotiras

Entretien / Luc Sotiras

Publié le 25 septembre 2015 - N° 236

Le Train Théâtre est un lieu où l’on aborde la chanson comme un art de la scène à part entière, pour faire émerger une chanson d’ « art et essai » loin des standards de l’industrie du disque et des grands médias. Rencontre avec son directeur, Luc Sotiras.

Le Train Théâtre est un lieu presque unique en son genre de production et de diffusion de la chanson de création. Comment a-t-il vu le jour ?

Luc Sotiras :
Nous ne sommes pas nombreux à accompagner cette discipline de la scène de façon régulière avec une convention. Seulement 5 ou 6 scènes actuellement en France… Le Train Théâtre a vu le jour au début des années 90 avec un projet généraliste fortement teinté de musique, et c’est à la fin de cette même décennie que la chanson s’y est s’installée de façon plus pérenne.

Vous êtes très attaché aux projets de résidences de création. Comment fonctionnent-ils ?

L. S. : Chaque résidence est un projet en soi, discuté avec l’artiste et son entourage. C’est un peu du sur mesure, quant à la durée, aux moyens, qu’ils soient numéraires ou non, et aux différents apports  techniques ou en termes de conseil. Les résidences sont un carburant pour une structure comme la nôtre ! C’est de l’activité au quotidien, du remue-ménage, une sorte de permanence artistique en rapport avec le projet et son économie, qui donnent du sens à notre engagement culturel sur un territoire.

Un des temps forts de votre saison est le festival « AAH ! Les déferlantes » au mois de mars…

L. S. : C’est effectivement un moment fort qui a évolué au fil du temps et de rencontres d’artistes avec cette belle diversité que nous offre la francophonie. Le festival est une rencontre avec des artistes de la chanson venus de l’espace francophone au sens large, avec comme seules règles l’absence d’artistes métropolitains et d’expression anglophone !

 

« Les résidences sont un carburant pour une structure comme la nôtre ! »

 Quelles sont les inspirations des jeunes artistes qui viennent vers vous aujourd’hui?

L. S. : Les artistes d’une façon générale sont les témoins de leur époque, ils nous rendent compte de leur vision du monde. Chanteuses et chanteurs apportent leur contribution et l’aspect protéiforme de la chanson autorise beaucoup de choses à travers une grande diversité de styles et d’univers, sur le plan musical mais également sur le plan textuel et le rapport au public. Chanson poétique, engagée, réaliste, humoristique… Cette discipline plurielle rencontre un public tout aussi diversifié et intergénérationnel. Je pense que ce qui  différencie les jeunes chanteurs d’aujourd’hui de leurs aînés est le rapport à la diffusion de l’œuvre dans le contexte particulier de la mutation numérique. Cela permet à certains d’accéder à une notoriété parfois étonnante, mais qui souvent finit en feu de paille ! Est-ce qu’un Ferré pourrait vivre de son œuvre aujourd’hui ?…

Les scènes conventionnées « chanson » sont-elles menacées ?

L. S. : Les scènes conventionnées sont un des maillons essentiels de la décentralisation culturelle, elles ont permis la mise en valeur et la reconnaissance de certaines disciplines de la scène. La convention se situe  autour d’une discipline, d’une équipe et d’un territoire. La chanson,  elle, se trouve tiraillée entre différents labels institutionnels (dont les Scènes de Musiques Actuelles (SMAC)  et quelques scènes), mais il n’y a pas de programme précis pour l’encadrer. Pourtant l’artiste-chanteur a lui aussi besoin de temps pour créer, chercher… Il faut donc des moyens, du temps, de l’expertise, de la formation,  pour permettre à tout un pan de cette chanson que l’on pourrait qualifier d’« art et essai » de trouver un peu plus de place sur nos scènes. Le recul à craindre est que l’on relègue la chanson au champ du succès commercial et non pas à celui de la création, de la poésie et du sensible. Alors, certainement, comme cela a été le cas avec bonheur par exemple pour les arts de la piste, la chanson mériterait  que l’on s’y intéresse un peu plus à travers de véritables Pôles de création et des Smac spécialisées…

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

 

Le Train Théâtre,

Scène conventionnée chanson, scène Rhône Alpes de l’agglomération VALENCE ROMANS

1 rue Aragon à Portes-lès-Valence (Drôme).

Tél. 04 75 57 85 46 / Billetterie : 04 75 57 14 55.

Web : http://www.train-theatre.fr

 

A propos de l'événement

Le Train Théâtre
1 Rue Louis Aragon, 26800 Portes-lès-Valence, France
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques