La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -201-Théâtre d'Ivry Antoine Vitez

Poète pour tous

Poète pour tous - Critique sortie Jazz / Musiques Ivry-sur-Seine Théâtre d'Ivry Antoine Vitez
Juliette met en scène le quatuor Entre 2 Caisses.

Publié le 10 septembre 2012 - N° 201

Après la tournée No Parano!, la chanteuse à la langue aiguisée se fait complice du projet Je hais les Gosses.

« Les petits se traitent de la même manière que leurs aînés, le mélange des deux tire vers le haut. »

Vous dites débarquer comme une fleur sur le spectacle. Que font donc les fleurs ?

Juliette : Entre 2 Caisses a écrit le spectacle, un beau petit scénario plein de chansons. J’interviens pour revisser quelques boulons, ajuster la mécanique, mettre en scène, faire que tout leur travail fonctionne ! Je les connais bien, on s’est croisé lors de festivals, ainsi qu’aux 20 ans du Théâtre d’Ivry. Avec eux on est toujours sûr de s’amuser !

Avez-vous quelques craintes à toucher le jeune public?

J : Les petits se traitent de la même manière que leurs aînés, le mélange des deux tire vers le haut. Seul le choix des chansons peut être délicat, certains thèmes peuvent ne pas concerner les enfants. On ne sera pas dans un spectacle politique, mais dans la vie quotidienne, suivant une idée douce et intelligente : dans un futur lointain, Entre 2 Caisses nous guide dans une banlieue et dans une drôle d’époque – la nôtre – où la poésie résistait pour survivre. Les poètes et la poésie sont  remerciés à leur juste valeur… De la vraie science fiction !

La poésie d’Allain Leprest est donc un genre en survie?

J : Leprest est un type d’une importance capitale, reconnu par tous ses pairs et un pan du public, mais absolument pas médiatisé par les faiseurs d’audience, dont la culture est parfois proche du zéro. Il avait le talent de Jean Ferrat, la même exigence d’écriture, la même façon de concevoir la chanson, et il aurait mérité une carrière aussi populaire. Ses chansons ne peuvent que faire mouche. Une fois entendues, on les sifflote, elles restent en nous. Ses textes peuvent être d’un abord simple ou d’une construction complexe, nous plongeant dans une imaginaire si subjectif qu’on est parfois incapable d’expliquer ce qui nous touche.

Propos recueillis par V. Fara

Dans le cadre du Festi’Val de Marne, du jeudi 11 au vendredi 19 octobre. Douze représentations tout public et sur le temps scolaire. Tarif unique 6€.

A propos de l'événement

Je hais les Gosses
du Jeudi 11 octobre 2012 au Vendredi 19 octobre 2012
Théâtre d'Ivry Antoine Vitez
1 rue Simon Dereure, 94200 Ivry Sur Seine.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques