La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -149-Amandiers

L’Opéra hors les murs

Reportage avec les choristes en séance de travail sous la houlette de Michel Piquemal.

Publié le 10 juin 2007

L’Opéra de Paris se décentralise et présente sa production des Noces de
Figaro
de Mozart au Théâtre des Amandiers.

Automne 2005. Les banlieues françaises sont le théâtre d’émeutes
particulièrement violentes. Directeur de l’Opéra de Paris, Gérard Mortier
souhaite réagir à cet événement en mettant en place une opération spécifique. Ce
sera l’« Opéra hors les murs », lancé lors de la saison 2007/2008. Le Théâtre
des Amandiers s’apprête ainsi à accueillir la production de Christoph Marthaler
des Noces de Figaro de Mozart. Le choix s’est porté sur une oeuvre parmi
les plus célèbres du répertoire lyrique et dont la problématique sociale s’avère
toujours d’actualité. « C’est un opéra sur les classes moyennes et les
serviteurs. Mozart était pour l’égalité des classes »,
explique Gérard
Mortier.

Surprise dans la fosse

La distribution vocale des Noces de Figaro s’annonce très soignée. On
se réjouit par avance d’entendre le vibrionnant Stéphane Degout en Comte
Almaviva ou encore le Figaro de Luca Pisaroni. Côté femmes, le Cherubino
étonnant de Christine Schäfer donnera la réplique à la Susanna musicalement
prometteuse de Camilla Tilling. Surprise dans la fosse : non pas les musiciens
de l’Opéra de Paris mais ceux de l’Orchestre des lauréats du Conservatoire sous
la houlette de Sylvain Cambreling. Pour Gérard Mortier, l’enjeu de cette
nouveauté est double : « C’est d’abord la possibilité pour un orchestre de
jeunes d’apprendre à écouter et à accompagner les chanteurs. Et, d’autre part,
il est particulièrement fort pour le jeune public de voir d’autres jeunes jouer
de la musique. »
Dans la même veine, les parties du ch?ur seront confiées
aux solistes de l’Atelier lyrique, qui découvriront ainsi la pratique vocale
collective. Au-delà de la volonté d’amener un nouveau public à l’art lyrique,
ces Noces de Figaro offriront peut-être l’exemple réussi d’une
organisation démocratique. Gérard Mortier l’assure : « L’opéra est un
véritable modèle social. Il ne devient superbe que lorsque tout le monde
travaille ensemble. »
Un modèle pour les banlieues ?

Antoine Pecqueur

Les Noces de Figaro, de Mozart ; direction musicale de Sylvain Cambreling ;
mise en scène de Christoph Marthaler. Les 11, 14, 17, 22 et 25 avril à 20h et
les 20 et 27 avril à 15h30.

A propos de l'événement



Théâtre Nanterre-Amandiers, 7, avenue Pablo-Picasso, 92022 Nanterre cedex.
Réservations au 01 46 14 70 00. Site :
www.nanterre-amandiers.com

x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre