La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -279-TKM ~Théâtre Kléber Méleau

La Mouche d’après George Langelaan, mis en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq

La Mouche d’après George Langelaan, mis en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq - Critique sortie Théâtre Renens-Malley Suisse. TKM - Théâtre Kléber-Méleau
Valérie Lesort © Gulliver Hecq

D’après George Langelaan / mes Valérie Lesort et Christian Hecq

Entretien Valérie Lesort

Publié le 23 août 2019 - N° 279

Après Vingt mille lieues sous les mers et Le Domino noir, Valérie Lesort et Christian Hecq signent leur nouvelle mise en scène en commun : La Mouche d’après la nouvelle de Georges Langelaan.

On connaît bien l’histoire de La Mouche grâce au film de David Cronenberg. En faites-vous une adaptation très libre ?

Valérie Lesort : Oui, dans notre version, le savant qui vit avec sa femme devient un vieux garçon un peu autiste (Christian Hecq) qui vit avec sa mère dans un milieu rural, elle dans sa caravane, lui dans un garage où il bricole tout le temps. Sa mère le laisse faire parce qu’il est incapable de travailler. Il parle toujours de télétransportation, elle n’y croit pas du tout mais il y arrive. Dans la machine qu’il a créée, il commence par télétransporter le chien de sa mère, un lapin… et ça se passe de plus en plus mal. La mère, désespérée que son fils soit célibataire, finit par lui présenter une pauvre fille comme lui (interprétée par moi). Il la met dans sa machine pour la téléporter mais au même moment, sa mère, qui branche l’aspirateur et le four, fait sauter les fusibles et la fille disparaît dans les limbes. Un inspecteur mène l’enquête, le garçon se télétransporte pour chercher la fille, une mouche entre dans la machine en même temps que lui, et c’est là qu’il finit par se transformer en mouche monstrueuse et dangereuse.

« Nous voulions partir de l’artisanal, du corps, du bricolage. »

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce texte ? Son potentiel comique avec ses différents ratages ? La réflexion sur la science qui dépasse l’Homme ?

V.L. : C’est un mélange des deux. Après Vingt mille lieues sous les mers, nous avions envie de travailler sur quelque chose de plus sombre. Je suis plasticienne et Christian Hecq est un comédien très physique, qui fait rire dès qu’il entre sur scène. La Mouche nous a semblé parfaite avec à la fois les transformations du corps dont Christian est capable, et les effets spéciaux. L’idée n’est pas de créer quelque chose de réaliste – ça ne marche jamais au théâtre – mais de partir de l’artisanal, du corps, du bricolage. Nous avions envie aussi d’ajouter du drame avec le rapport mère-fils : jusqu’où une mère peut-elle aller pour son fils ?

Votre univers est très visuel. Il évoque les années soixante mais aussi un épisode culte de l’émission Strip-Tease, La Soucoupe et le perroquet !

V.L. : On adore cette histoire de bricolage poétique par ce garçon qui récupère un tas d’objets. Et on trouve aussi l’esthétique des années soixante très belle, avec les prémisses de l’informatique et ses tentatives afin de créer un ordinateur.

 

Entretien réalisé par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

La Mouche d’après George Langelaan, mis en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq
du Mercredi 29 avril 2020 au Samedi 9 mai 2020
TKM - Théâtre Kléber-Méleau
Chemin de l’Usine à Gaz 9, CH – 1020 Renens-Malley, Suisse.

Tél : +41 21 625 84 29.


www.tkm.ch


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre