La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -233-Atelier de Paris / Centre de développement chorégraphique

Identité en mouvement

Identité en mouvement - Critique sortie Danse Paris Atelier de Paris-Carolyn Carlson
Légende : En ouverture du festival, le "focus Québec" commence avec Data, de Manuel Roque ©Marilène Bastien

Entretien avec Manuel Roque / Data et Requiem / chor. Manuel Roque

Publié le 21 mai 2015 - N° 233

Le jeune chorégraphe québecois ouvre le festival avec Data, solo dense et poétique.

Vous avez travaillé sur Data pendant plus de deux ans. Quel était l’objet de cette recherche ?

Manuel Roque : Après avoir longtemps été interprète, je ressentais le besoin de faire la part des choses entre ce qui, dans « ma » danse, venait des chorégraphes avec lesquels j’avais travaillé, et ce qui était plus personnel. J’ai cherché, improvisé, écrit… Pour comprendre peu à peu – cela peut paraître naturel, mais c’est une surprise quand on le réalise concrètement ! – que je m’étais construit avec les couches laissées par ces expériences. On n’invente rien à partir de zéro. Cette pièce s’est construite sur le thème de l’identité. J’ai cherché à nourrir l’interprète en moi, dans la solitude. Je me suis rendu dans les déserts américains : comment ces grands espaces extérieurs résonnent-ils avec les paysages intérieurs ? En contrepoint de ces espaces horizontaux, interminables, je suis allé à New York, dans ce fourmillement tout en verticalité… Le travail kinesthésique est ainsi très présent dans Data, qui s’est nourri de ces expériences sensorielles intenses.

Pourquoi ce titre, Data ?

M. R. : Ma recherche sur l’identité se confronte à ce que l’identité représente aujourd’hui : une somme de données informatiques qui sont censées nous définir. Cette obsession de la définition est très sensible quand on est un jeune créateur, assigné à dire « qui il est », à trouver au plus vite sa « signature »… A l’opposé, je revendique une identité en mouvement, fluide, malléable, en constant renouveau.

«  Nourrir l’interprète en moi, dans la solitude. »

Comment en êtes-vous venu à travailler sur le Requiem de Fauré ?

M. R. : La première étape a été de mettre en scène un élément minéral – une grosse pierre – pour l’opposer à la gestuelle très organique qui avait émergé. Entre le minéral et l’organique, la nécessité s’est imposée de trouver aussi une composante spirituelle. J’ai alors, par hasard, entendu ce Requiem qui est presque une anti-matière… Il répondait en outre à mon travail physique, qui passe du micro au macro : des notes tenues que l’on entend à peine, puis des moments explosifs. Le risque cependant était d’être écrasé par une musique aussi puissante. L’une des solutions a été de spatialiser le son, pour en calibrer la présence. Nous avons aussi inséré des moments de silence, durant lesquels la danse affirme sa singularité.

Propos recueillis par Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Identité en mouvement
du Lundi 8 juin 2015 au Mardi 9 juin 2015
Atelier de Paris-Carolyn Carlson
Route du Champ de Manoeuvres, 75012 Paris, France

Les 8 et 9 juin à 19H30.


Festival June Events. Dans divers lieux à Paris et Vincennes. Atelier de Paris, Cartoucherie, 75012 Paris. Du 8 au 20 juin. Tél. : 01 417 417 07.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse