La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -160-th95-colloque

Entretien Joël Jouanneau

Entretien Joël Jouanneau - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2008

Agir ici et maintenant

Auteur, metteur en scène et pédagogue, Joël Jouanneau a contribué à l’émergence d’un véritable théâtre de répertoire pour le jeune public.

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire pour le jeune public ?
 
Ecrire fut pour moi non pas une décision, mais un acte en soi mystérieux, cela encore aujourd’hui m’échappe, c’est resté comme un appel, l’écho d’un cri lointain qui étouffe, la page blanche étant un oxygène possible, de quoi retrouver du souffle. J’avais plus de quarante ans quand j’ai écrit Mamie Ouate en Papoâsie, et je ne savais pas en l’écrivant que la pièce serait pour enfants. Pour les quatre qui ont suivi, Dernier rayon, L’adoptée, L’ébloui, Le marin d’eau douce, c’est aussi à mon insu qu’elles sont apparues, disons qu’elles étaient cachées au fond de mon encrier.
 
« L’éducation artistique à l’école, pour moi, est une utopie concrète à laquelle je participe chaque fois que j’entre dans une classe. »
 
Qu’est-ce qui vous  motive dans le théâtre jeune public, et plus spécifiquement dans l’éducation artistique ?

La motivation première je la dois à un enfant difficile de Quimper. Il n’allait pas très bien, parlait peu et lisait moins encore. Une valise est arrivée dans sa classe avec des livres de théâtre écrits par des grands pour des enfants. Pourquoi il a ouvert la valise, puis dévoré les livres, je ne le sais pas. Sa mère s’est prise au jeu et mise à lire les dialogues avec lui. J’étais là ce jour-là. Quand je vais dans une classe, j’ai toujours une petite pensée pour eux, c’est un peu comme s’ils m’accompagnaient. Mais ce qui pose question, ce n’est pas tant l’éducation artistique à l’école que les raisons cachées qui font que, par-delà les grandes déclarations et le semblant de consensus, on se refuse à la légitimer.
 
Quelle est la fonction de l’éducation artistique auprès des jeunes ?
 
C’est l’apprentissage du verbe être et sa conjugaison, sachant que notre présence au monde est éphémère. Que cela soit source d’angoisse, à coup sûr, mais rien n’interdit de l’apprivoiser, de danser ou de faire de la musique avec, ou de la mettre en mots. Et c’est la gratuité de notre présence qui rend chacun de nous non seulement utile mais indispensable dans un univers marchand où l’on voudrait que tout ne soit qu’offre et demande. Et je suis convaincu, du moins c’est mon expérience, que ce qui permet au cheval de bois de mon enfance rurale de rencontrer le jeu vidéo d’un enfant urbanisé c’est cette vérité ontologique qui dépasse tous les clivages d’âge et de culture et rend possiblement universel chaque intime.
 
L’art à l’école : est-ce une utopie ?
 
L’éducation artistique à l’école, pour moi, est une utopie concrète à laquelle je participe chaque fois que j’entre dans une classe. Je suis résolument pragmatique, dès que je parle d’éducation artistique à l’école, je veux la pratiquer là maintenant, avec l’enfant d’aujourd’hui. C’est pourquoi je ne peux attendre qu’une révolution se fasse dans les industries culturelles ou théâtrales pour agir. J’ai, avec Claire David, été à l’origine de la création de la collection Heyoka-jeunesse chez Actes-Sud Papiers ; j’ai participé avec mes amis de Sartrouville à la naissance d’Odyssées, ce festival rassemble maintenant des milliers d’enfants dans les Yvelines. Je m’apprête à faire une version de Mamie Ouate à même d’être accueillie dans les villages et je travaille avec des amis à la création d’une collection vidéo de textes et pièces pour enfants pouvant être diffusée dans les écoles. Cela suppose toujours de trouver des complices motivés. C’est un travail de Sisyphe, mais à l’école j’ai entre autres appris que Sisyphe pouvait être heureux.
 
Propos recueillis par Agnès Santi


A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre