La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -223-Le Théâtre National de Nice

Entretien / Hovnatan Avédikian

Entretien / Hovnatan Avédikian - Critique sortie Théâtre Nice _THEATRE NATIONAL DE NICE
Hovnatan Avédikian Crédit : D. Bésikian

Le Cercle de l’ombre / d’après Franz Werfel / mes Hovnatan Avédikian

Publié le 31 août 2014 - N° 223

Raconter l’irracontable

Adapté de deux chapitres du roman Les quarante Jours du Musa Dagh, de Franz Werfel, Le Cercle de l’ombre revient sur la tragédie du génocide arménien. Une tentative de raconter l’irracontable…

« Cent ans après le génocide, les plaies ne sont toujours pas cicatrisées. »

Qui est Johannes Lepsius, le personnage principal du Cercle de l’ombre ?

Hovnatan Avédikian : Il y a peu d’informations sur « le lanceur d’alerte » qu’était Johannes Lepsius. Né en Allemagne à la fin du XIXème siècle, ce pasteur humaniste est venu au secours des minorités chrétiennes de l’empire ottoman. S’élevant contre les massacres de chrétiens en Anatolie, durant la Grande Guerre, il a été, à l’époque, accusé de mettre en péril l’alliance germano-turque. Il a terminé sa vie en exil, en Italie.

Ce projet de théâtre est pour vous une façon d’interroger « le noir mystère » du génocide arménien. Quelle relation entretenez-vous avec cette tragédie ?

H. A. : Ma famille fait partie des rescapés de ce programme génocidaire. Mais il faut se rendre compte que les dommages causés par cet événement vont au-delà des horreurs perpétrées en 1915. Cent ans après le génocide, les plaies ne sont toujours pas cicatrisées, les haines, les antagonismes et les peurs occupent les esprits d’un côté comme de l’autre. Peu de gens connaissent les causes réelles et les origines de ces stigmates. En 2014, je remarque qu’en France, les communautés sont plus divisées que jamais. Mettre en scène Le Cercle de l’ombre est aussi une façon de raconter d’où vient l’idéologie nationaliste qui nourrit et alimente la division entre les peuples.

Au-delà de ce thème, qu’est-ce qui vous intéresse particulièrement dans le roman de Franz Werfel ?

Le Cercle de l’ombre
Crédit : DR
Légende : Ismail Enver Pacha, ordonnateur du génocide arménien.

H. A. : Différents aspects de ce texte m’ont nourri, inspiré, et je dirais même soigné… A travers l’histoire de Lepsius, cet antihéros dépassé par la realpolitik, on comprend de façon simple, claire, et même ludique, les grandes lignes du génocide arménien, ainsi que les enjeux de la Première Guerre mondiale. Werfel rend hommage au combat mené par Lepsius contre l’anéantissement d’un monde multiethnique, multiculturel, au profit des nouveaux Etats-nations que nous connaissons aujourd’hui. Ces sujets « historiquement lourds » sont explicites sans pour cela constituer les thèmes principaux du roman. C’est précisément ce qui m’intéresse dans ce texte. Le gros du travail d’adaptation a consisté à faire passer les personnages du roman, qui sont « horizontaux », à des personnages de théâtre « verticaux », des personnages qui existent par l’action et le verbe. Le sujet du génocide arménien est traité en donnant la parole non pas aux victimes, mais aux bourreaux, aux alliés européens, et à d’autres franges de la population ottomane, moins connues, comme les derviches. Cela permet d’aborder le sujet de façon plus distanciée. Et de raconter l’irracontable.

 

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Le Cercle de l’ombre
du mercredi 25 mars 2015 au mercredi 1 avril 2015
_THEATRE NATIONAL DE NICE
Promenade des Arts, 06000 Nice, France

Théâtre National de Nice, Promenade des Arts, 06300 Nice. Tél. : 04 93 13 90 90. Site : www.tnn.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre