La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -181-onde

EN PROVENANCE D’AMERIQUE DU SUD…

EN PROVENANCE D’AMERIQUE DU SUD… - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 octobre 2010

VENUS DU CHILI ET D’ARGENTINE, JAIME LORCA, DANIEL VERONESE ET DANIEL MELINGO PRESENTENT LEURS CREATIONS SUR LA SCENE DE L’ONDE.

Parmi tous les spectacles programmés cette saison à L’Onde, trois ont pour point commun d’être signés par des artistes ayant traversé l’océan Atlantique pour venir jusqu’à nous. Le Chilien Jaime Lorca ainsi que les Argentins Daniel Veronese et Daniel Melingo feront en effet, cette année, le voyage jusqu’au Théâtre et Centre d’art de Vélizy-Villacoublay. Ils présenteront, respectivement, une adaptation théâtrale d’une nouvelle d’Herman Melville, des réécritures de deux pièces d’Henrik Ibsen et un concert visant à rendre hommage au « tango maudit » en « sortant du vase clos des réinterprétations et en convoquant poètes d’avant-hier et d’après demain ». Ainsi, lors de ce rendez-vous musical, Daniel Melingo mêlera le tango fiévreux de Roberto Goveneche (El Polaco) à des airs de Nick Cave, Tom Waits et Serge Gainsbourg. Cela pour donner naissance à une musique prenant racines dans l’effervescence de la scène rock alternative argentine des années 1980.

Melville, Ibsen et « tango maudit »
 
C’est dans le même pays et à la fin de la même décennie, en 1989, que Daniel Veronese a commencé sa carrière d’homme de théâtre. Poursuivant, depuis quelques années, un travail de réécriture de pièces classiques, le metteur en scène argentin présente aujourd’hui un remarquable diptyque* plaçant face à face des versions contemporaines d’Une maison de poupée et d’Hedda Gabler d’Henrik Ibsen. Quant à Jaime Lorca, il s’empare de Benito Cereno, associant comédiens et marionnettes dans une représentation bouleversant l’ordre de la nouvelle d’Herman Melville. A travers cet étonnant spectacle, le créateur chilien sonde les secrets de l’identité et conçoit un voyage dans le temps et dans l’espace. En invitant ces trois artistes sud-américains à L’Onde, le directeur Lionel Massétat propose lui aussi à ses spectateurs une forme de périple. Un périple qui, comme tout voyage, permettra à chacun de « laisser derrière soi ses préjugés et de garder tous ses sens en éveil ».

Manuel Piolat Soleymat


* Critique dans La Terrasse n°174, janvier 2010.
 
Benito Cereno, d’après Herman Melville ; adaptation et mise en scène de Jaime Lorca. Le 4 mars 2011 à 20h.
Le Développement de la civilisation à venir /
Tous les grands gouvernements ont évité le théâtre intime
, d’après Henrik Ibsen ; adaptation et mise en scène de Daniel Veronese. Le 11 mars 2011 à 21h, le 12 mars à 20h30 (intégrale).

Concert de Daniel Melingo, le 5 mars 2011 à 21h, suivi d’un bal dans le hall de L’Onde.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques