La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -291-Le Théâtre Jean Vilar de Suresnes

Du rythme et des rencontres

Du rythme et des rencontres - Critique sortie  Suresnes THEATRE JEAN VILAR-SURESNES
Photo/crédits : Vincent Lappartient Studio Jadore Jean-Luc Tingaud, directeur artistique de l'Orchestre-Atelier Ostinato

Entretien Jean-Luc Tingaud
Musique / Créations / Jean-Luc Tingaud et l'Orchestre-Atelier Ostinato

Publié le 26 août 2021 - N° 291

Pour sa première année de résidence, l’Orchestre-Atelier Ostinato propose trois programmes autour d’Offenbach, Stravinski et la valse. Un renouvellement du format du concert classique que nous décrit Jean-Luc Tingaud, le directeur artistique de cette formation de jeunes musiciens pas comme les autres.

Comment est née la résidence de l’Orchestre-Atelier Ostinato au Théâtre Jean Vilar de Suresnes?

Jean-Luc Tingaud   : J’ai rencontré Olivier Meyer il y a huit ans pour des concerts qu’Ostinato jouait dans le cadre de l’Académie de l’Opéra national de Paris. Invités régulièrement dans son théâtre pour des concerts-portraits, nous voulons renforcer ce lien avec le public de Suresnes grâce à cette résidence qui propose, en plus des concerts, des ateliers et des rencontres. Dans cet équilibre entre narratif et pédagogique, il s’agit à la fois de convier à une écoute différente, et de développer chez les jeunes musiciens des compétences de transmission qui, aujourd’hui, font partie intégrante de leur métier.

Comment le fait d’être un orchestre de jeunes influence-t-il votre répertoire ?

J.-L.T. : Il y a vingt ans, lors de la fondation d’Ostinato, Manuel Rosenthal m’avait résumé les trois versants pour former des musiciens complets : l’opéra, le symphonique et la danse. Il faut maîtriser le cœur du répertoire symphonique, savoir accompagner des chanteurs et soutenir une dynamique chorégraphique. Le travail avec le ballet est très formateur, car il permet d’approfondir la force du rythme et de la pulsation intérieure, une des dimensions cardinales de la musique. La convergence de ces trois dimensions permet d’atteindre l’excellence.

« II s’agit de convier à une écoute différente. »

Quelle en est la traduction dans la prochaine saison ?

J.-L.T. : Avec Offenbach, c’est tout un pan de l’opéra et de l’opéra-bouffe français que l’on va explorer. Le programme Stravinski va montrer comment un classique du vingtième siècle procède de l’orchestration de la fin du dix-neuvième siècle. Et avec la valse, c’est l’histoire d’une danse que l’on va raconter, qui culminera avec l’ivresse virtuose de la Valse de Ravel, que l’Orchestre-Atelier Ostinato jouera pour la première fois.

Pourquoi avoir invité Raphaël Merlin à diriger le concert autour de Stravinski ?

J.-L.T. : Faire venir des chefs invités contribue à la richesse des rencontres. La musique symphonique, c’est de la musique de chambre à grande échelle, et en tant que chambriste, Raphaël Merlin, qui est venu deux fois diriger Ostinato, est la personne idéale pour développer cet aspect essentiel du travail d’orchestre.

 

Propos recueillis par Gilles Charlassier

A propos de l'événement

Concerts
du Vendredi 3 décembre 2021 au Vendredi 24 septembre 2021
THEATRE JEAN VILAR-SURESNES
16 place Stalingrad, 92150 Suresnes.

le 3 décembre 2021 à 20h30, le 20 mars 2021 à 17h et le 15 mai à 17h.


Tél : 01 46 97 98 10.


www.theatre-suresnes.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant