La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -294-Festival Odyssées en Yvelines 2022

Dissolution de Catherine Verlaguet, mise en scène de Julia Vidit

Dissolution de Catherine Verlaguet, mise en scène de Julia Vidit - Critique sortie  Sartrouville
© Jeanne Dreyer La metteure en scène Julia Vidit

Théâtre / Texte de Catherine Verlaguet / mes Julia Vidit / dès 9 ans

Entretien
Julia Vidit

Publié le 25 novembre 2021 - N° 294

Sous-titrée L’infinie musique de la vie, Dissolution explore les thèmes « de la disparition et de la filiation, de forces qui se transmettent, de fleurs qui poussent et des enfants qui grandissent ». Un monologue mis en scène par Julia Vidit et interprété par le conteur Rachid Bouali.

Quelle vision du théâtre pour les enfants et la jeunesse défendez-vous ?

Julia Vidit : Lorsque je crée un spectacle tous publics, mon exigence artistique est exactement la même que lorsque je crée un spectacle pour adultes. Dans tous les cas, je considère les spectatrices et spectateurs, quel que soit leur âge, comme des récepteurs intelligents. Ce qui est très intéressant, quand on travaille pour la jeunesse, c’est qu’il y a davantage de niveaux de lecture et de sens : on peut déployer toutes sortes de dimensions. Je trouve cela passionnant. Pour moi, un bon spectacle, même s’il s’adresse à des enfants, doit pouvoir concerner les adultes. Lorsqu’on m’a proposé de participer au Festival Odyssées, j’ai fait appel à Catherine Verlaguet, une autrice qui écrit pour les jeunes spectateurs depuis longtemps. Le rapport aux jeunes publics est quelque chose qu’elle a l’habitude de réfléchir, sans établir de hiérarchie, sans jamais placer les enfants en-dessous des adultes.

« Le Théâtre de Catherine Verlaguet est vraiment un théâtre de narration, un théâtre-récit dont se dégage une grande poésie. »

De quoi traite son texte ?

J.V. : Dissolution parle de l’action de se dissoudre, de disparaître, ainsi que de la question de la transmission. Dans ce texte, un vieil homme s’adresse à un enfant. Il lui demande de l’attendre, car il n’arrive pas à le suivre. Il lui dit qu’il pleut et qu’il se dissout comme le sucre, que cela rend le thé moins amer, que grâce à cette dissolution la terre est nourrie et que la nature pousse, que c’est un cycle, qu’il n’est pas grave de disparaître, que c’est dans l’ordre des choses… Je suis le travail de Catherine Verlaguet depuis longtemps. Au départ, elle avait écrit un récit très court. Quand je l’ai lu, j’ai tout de suite été profondément émue. Dissolution résonne avec des thèmes qui traversaient certains de mes précédents spectacles. Il y a quelque chose qui se trame, dans mon théâtre, avec la question de la vanité et de la mort, avec le fait d’avoir à l’esprit que l’on va tous mourir. Suite à l’invitation du Festival Odyssées, j’ai demandé à Catherine Verlaguet de développer son geste d’écriture pour créer un texte plus long.

« Quand on travaille pour la jeunesse, il y a davantage de niveaux de lecture et de sens : on peut déployer toutes sortes de dimensions. »

Un texte qu’elle a écrit pour un conteur…

J.V. : Oui. J’ai donc demandé au conteur Rachid Bouali de s’emparer de Dissolution. Pour moi qui ai beaucoup travaillé sur le théâtre-récit, collaborer avec un acteur-conteur, avec un spécialiste de la narration, est quelque chose de très enrichissant. Ce qui anime profondément un artiste comme Rachid Bouali, c’est de raconter des histoires. Il possède une très grande expérience de l’adresse aux publics, ce qui lui permet d’instaurer une relation extrêmement généreuse avec les spectateurs, une relation extrêmement claire, extrêmement vivante. Il est là, face au public, et il lui parle avec beaucoup de simplicité. L’art de raconter est vraiment un art à part entière.

Le fait de travailler avec un conteur vous a-t-il placée face à de nouveaux enjeux de mise en scène ?

J.V. : Bien sûr, car notre collaboration a généré un choc des cultures, un choc des expériences. Par exemple, la question de la représentation des choses s’est posée à moi de façon différente. En travaillant avec Rachid Bouali, je me suis rendu compte qu’un conteur de son envergure n’aurait pas vraiment eu besoin de support scénographique. La façon dont il dit les mots et l’histoire suffit à les faire exister. En tant que metteuse en scène, j’ai donc dû me demander ce qui est vraiment utile sur le plateau, ce qui fait fondamentalement théâtre. Il faut trouver un socle scénique qui stimule la puissance d’évocation du récit, un socle qui soit agissant poétiquement et métaphoriquement sans affaiblir l’art du conteur. Ce qui est aussi très intéressant, c’est que Rachid Bouali, lui aussi, a été déplacé dans sa pratique par le fait de travailler avec une metteuse en scène, ainsi que par le fait de dire un texte écrit par quelqu’un d’autre. Car habituellement, il dit ses propres contes.

Quel est l’univers d’écriture de Catherine Verlaguet ?

J.V. : Le théâtre de Catherine Verlaguet est vraiment un théâtre de narration, un théâtre-récit dont se dégage une grande poésie. Son écriture se compose de phrases courtes, simples, qui font naître des images métaphoriques fortes. Ses textes sont extrêmement accessibles et pourtant leurs structures sont très élaborées, très joueuses. Ils sont également traversés de douceur et de pas mal l’humour. Tout apparaît grâce aux mots, qui font naître des mondes. Catherine Verlaguet nous fait voyager dans l’espace, dans le temps : il s’agit d’une écrivaine très libre.

 

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Dissolution

En décentralisation du 18 janvier au 19 mars 2022. Au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines le 29 janvier à 16h, du 31 janvier au 3 février deux représentations par jour, le 4 à 11h.


 


 


Festival Odyssées en Yvelines


du 17 janvier au 19 mars 2022.


Cité-Odyssées au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN


Place Jacques Brel, 78 500 Sartrouville.


Du 29 janvier 2022 au 4 février 2022.


Tél : 01 30 86 77 79.


Site dédié au festival : odyssees-yvelines.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant