La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -294-Festival Odyssées en Yvelines 2022

Bien sûr oui ok

Bien sûr oui ok - Critique sortie  Sartrouville
Nicole Genovese, autrice et metteuse en scène de Bien sûr oui ok CR : DR

Théâtre / conception et texte de Nicole Genovese / dès 11 ans

Entretien
Nicole Genovese

Publié le 25 novembre 2021 - N° 294

Nicole Genovese est une artiste à part. Humour décalé, un brin mélancolique, intello pop fascinée par l’échec, elle se lance dans un spectacle jeune public qui fera rire les adolescents autour d’un texte de Georges Bataille. Explications.

Est-ce la première fois que vous écrivez et mettez en scène pour les adolescents ?

Nicole Genovese : J’avais écrit un spectacle jeune public en 2004, mais c’est tout. C’est aussi la première fois que je réponds à une commande avec des contraintes : spectacle transportable, seul en scène, tranche d’âge ciblée. Quand ils m’en ont parlé, j’ai dit à Sylvain Maurice et Agnès Ceccaldi : « Vous connaissez mon travail, je ne vais pas édulcorer ». Je pense qu’un spectacle jeune public réussi doit plaire tout autant aux adultes qu’aux jeunes. Il faut pour cela multiplier les degrés de lecture.

« Le théâtre est un peu comme un repas de famille. Nous sommes là pour nous relier. »

Votre ton, et notamment votre humour particulier, sont-ils ado-compatibles ?

N.G. : Je ne m’inquiète pas du vide qui peut nous séparer. Même les adultes ne sont pas tous sensibles à l’humour deuxième ou troisième degré. Je me rappelle qu’à leur âge j’avais vu la comédie La Cité de la peur écrite par les Nuls. Cela avait été un choc et j’avais beaucoup ri. Je me dis qu’ils peuvent eux aussi être sensibles à toutes sortes d’humour. Ils peuvent aussi s’amuser par d’autres biais. Par exemple, le décor très moche – j’adore le carton-pâte – les fera rire, c’est sûr, par moquerie. Nous profiterons aussi de la salle de classe avec ses néons et son faux plafond pour magnifier notre décor.

« Flavien concoctera une Génoise au chocolat, à partager tous ensemble, tout en parlant de La part maudite de Georges Bataille. »

De quoi parle ce seul en scène ?

N.G. : C’est Flavien Bellec qui l’interprètera. J’avais envie qu’on cuisine en salle de cours. Flavien concoctera une Génoise au chocolat, à partager tous ensemble, tout en parlant de La part maudite de Georges Bataille, un essai sur la logique excédentaire à l’œuvre dans l’économie. C’est un livre sur lequel Flavien a rédigé un mémoire et qui m’accompagne depuis deux ou trois ans. Georges Bataille y montre qu’un organisme vivant a besoin de recevoir plus que nécessaire pour grandir. Par exemple, une plante a besoin de plus d’eau que nécessaire pour bien se développer. Mais, dans nos sociétés, où va cet excédent ? Dans ce que Bataille appelle « la part maudite », c’est-à-dire la guerre ou alors la construction de cathédrales, ou encore, auparavant, les sacrifices au soleil. La question qui se pose est la suivante : que fait-on aujourd’hui de cet excédent ? Flavien en parlera tout en préparant cette génoise.

Une génoise, est-ce une allusion à Genovese ?

N.G. : Oui. Je ne m’en étais sincèrement pas rendue compte quand Flavien me l’a fait remarquer. J’ai choisi ce gâteau parce qu’il est moelleux et simple à faire. Mais je ne mets pas mon corps en dévoration. Je ne suis pas encore le Christ ! Ceci dit, c’est vrai que la nourriture est souvent présente dans mes spectacles. Dans Hélas, la scène était un repas de famille. Et ma prochaine création se déroulera autour d’un pique-nique. Ce doit être un peu une obsession.

Compareriez-vous le théâtre à un repas ?

N.G. : Oui, je crois. Pour moi, le théâtre, c’est un endroit où l’on se réunit avec des gens qu’on aime, et d’autres qu’on aime moins, qu’on ne choisit pas. Un peu comme un repas de famille. Nous sommes là pour nous relier. Je dois dire que je ne suis pas à l’aise avec la question du théâtre politique. Georg Büchner disait que « le théâtre doit interrompre le discours politique ». Je suis assez d’accord avec cette vision. C’est comme à table. Il y a votre beau-frère qui dit des trucs horribles. On l’entend mais on laisse passer. Et on se remet à parler d’autre chose, de nourriture par exemple…

 

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

Bien sûr oui ok

En décentralisation du 18 janvier au 19 mars 2022. Au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, du 31 janvier au 4 février deux représentations par jour


 


Festival Odyssées en Yvelines


du 17 janvier au 19 mars 2022.


Cité-Odyssées au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN


Place Jacques Brel, 78 500 Sartrouville.


Du 29 janvier 2022 au 4 février 2022.


Tél : 01 30 86 77 79.


Site dédié au festival : odyssees-yvelines.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant