La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -192-peniche

DAMIEN SHOEVAËRT

DAMIEN SHOEVAËRT - Critique sortie Classique / Opéra

Publié le 10 novembre 2011

ART ET SCIENCE : FAIRE CIRCULER LA PENSEE

MAITRE DE CONFERENCE A L’UNIVERSITE PARIS-SUD, DAMIEN SHOEVAËRT MET EN PERSPECTIVE LES UNIVERS SCIENTIFIQUE ET ARTISTIQUE. TOUT AU LONG DE L’ANNEE, IL ORGANISE AUTOUR DE CE THEME DES CONFERENCES A LA PENICHE OPERA.

« Ce qui est intéressant c’est le rapprochement entre l’innovation scientifique et l’imagination artistique. » Damien Shoevaërt
 
Comment rapprochez-vous ces deux mondes, apparemment si éloignés, que sont l’art et la science ?
Damien Shoevaërt : Effectivement, l’art et la science sont presque incompatibles. Mais ce qui est intéressant, c’est le rapprochement entre l’innovation scientifique et l’imagination artistique. Le scientifique applique des protocoles, il a besoin d’ouverture, d’imaginaire. Le but est avant tout de faire circuler la pensée, d’éviter l’enfermement dans des dogmes. Pour les artistes, l’intérêt est aussi d’expliquer l’intuition par des faits scientifiques. J’ai fondé un groupe sur ce sujet à l’Université Paris-Sud en 1996. Nous en sommes aujourd’hui à plus de 90 journées de rencontre ! Dans les conférences, qui se déroulent maintenant en partie à la Péniche Opéra, j’essaie toujours de mêler des scientifiques, en particulier des physiciens et des biologistes, et des artistes : peintres, danseurs, musiciens…
 
Le regard des scientifiques sur l’art a-t-il évolué ces dernières années ?
D. S. : Il faut bien dire qu’au début les scientifiques étaient très dubitatifs quant à l’intérêt de ce type de démarche. La majorité d’entre eux considérait l’art comme purement accessoire, « la cerise sur le gâteau ». Certains recherchaient par contre une harmonie, une fusion, ce qui est aussi à mon sens une erreur. Au fil des années, les choses ont néanmoins évolué. Des intérêts financiers ont commencé à voir le jour, notamment dans le domaine du multimédia, misant sur des rapprochements entre ingénieurs et plasticiens. Un professeur d’Imaginaire enseigne désormais à Télécom, la célèbre école parisienne d’ingénieur.
 
Quel est le thème de la prochaine conférence que vous organisez à la Péniche ?
D. S. : Nous aborderons en janvier la question de l’imitation en art et en science. Nous accueillerons notamment un spécialiste du mimétisme animal. Le fait qu’un papillon comestible prenne la couleur d’un papillon non comestible pour ne pas se faire manger est par exemple très intéressant à analyser. Il y a aussi un mimétisme moléculaire. Tout ceci n’est au final qu’un jeu d’apparences. Nous traiterons ce thème d’un point de vue philosophique – la question de l’altérité – et avec des danseurs qui nous parleront du travail de répétition, de reproduction du geste.
 
Vous participez également, comme artiste, à des spectacles de la Péniche Opéra…
D. S. : J’ai effectivement reçu moi-même une double formation, scientifique et artistique. Je me suis spécialisé dans le théâtre de papier et les livres animés, que l’on appelle « pop-up ». J’ai ainsi imaginé des dispositifs pour différents spectacles de la Péniche. J’aime me pencher sur le rapport entre le visuel et la musique et créer des « mises en surprise », pour que l’un surprenne l’autre.

Propos recueillis par Antoine Pecqueur


 
Prochaine conférence : samedi 28 janvier (l’imitation en art et en science).
 

La Péniche Opéra, Face au 46, quai de Loire,
750019 Paris. Tél. 01 53 35 07 77
www.penicheopera.com

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra