La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -150-criee

BOBBY FISCHER VIT À PASADENA

BOBBY FISCHER
VIT À PASADENA - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2007

Renaud Marie Leblanc
LA MISE EN SCÈNE DE BOBBY FISCHER VIT À PASADENA DE LARS NORÉN PAR RENAUD-MARIE LEBLANC BOULEVERSE LES DONNÉES D’UN NATURALISME APPARENT POUR ATTEINDRE UN JEU SCÉNIQUE DÉVOLU À L’ÉCOUTE.

Bobby Fischer vit à Pasadena met en scène la cellule familiale, le père et la mère, le fils et la fille. Une cellule familiale moribonde composée de parents officiellement « non désunis » mais qui n’en essuient pas moins un échec cuisant dans leurs relations sociales, amicales ou sexuelles. La mère est logorrhéique tandis que le père se satisfait de son mutisme. Les enfants n’ont pas eu la force de couper ces liens originels. Le fils, d’un séjour psychiatrique à l’autre, s’en remet au jeu d’échecs. La fille a tenté de se défaire des siens à travers une histoire d’amour suivie de graves désillusions, d’où l’épreuve de l’alcoolisme. Elle est revenue dans le giron parental. La pièce pose un regard aigu sur des êtres condamnés à vivre ensemble dans des rapports de violence. Un espace mental diablement vivant sur une scène de théâtre à résonance tragique.

V. Hotte


Bobby Fischer vit à Pasadena, de Lars Norén ; mise en scène de Renaud Marie Leblanc. Du 9 au 18 novembre 2007.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre