La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -233-Théâtre National de Chaillot ~ Saison 2015/2016

Ballet de Lorraine

Ballet de Lorraine - Critique sortie Danse Paris Théâtre national de Chaillot
Rose - variation, de Mathilde Monnier. (c) Arno Paul

Danse / Ballet de Lorraine

Publié le 25 mai 2015 - N° 233

Des Ballets Suédois à l’avant-garde d’aujourd’hui : deux programmes éclectiques pour savourer l’histoire de la danse. 

« Ballet de Lorraine » : la terminologie classique pourrait faire penser que le répertoire de cette compagnie se limite à la danse académique. En réalité, depuis 1999, ce Centre chorégraphique national se consacre aux écritures contemporaines, avec un éclectisme réjouissant : unissant des œuvres de Merce Cunningham, Jean Börlin, Mathilde Monnier, Alban Richard, Noé Soulier, Cecilia Bengolea et François Chaignaud, les programmes présentés à Chaillot font la part belle aux monuments de l’art chorégraphique autant qu’aux créations récentes. L’une des œuvres phares de la soirée Paris – New York – Paris est la recréation de Relâche, « ballet instantanéiste » qui fut la dernière œuvre des célèbres Ballets Suédois : « Apportez des lunettes noires et de quoi vous boucher les oreilles », stipulait l’affiche annonçant la création en 1924.

Œuvres phares d’hier et aujourd’hui

Petter Jacobsson et Thomas Caley signent la reconstitution de ce ballet de 35 minutes, unissant un scénario de Francis Picabia, une musique d’Erik Satie, une chorégraphie de Jean Börlin et un film de René Clair. Autre monument : Sounddance, une pièce enlevée de Merce Cunningham, sur une musique de David Tudor, dans un décor signé Mark Lancaster, proposant aux dix danseurs l’écrin d’un drapé doré. Du côté de la création actuelle, on découvrira HOK – solo pour ensemble, d’Alban Richard, avec une musique du compositeur néerlandais Louis Andriessen, tandis que François Chaignaud et Cecilia Bengolea font chanter leurs danseurs sur une partition de Philip Glass. Quant au vocabulaire classique, il n’est pas en reste. Mathilde Monnier dans Rose – variation interroge le potentiel des gestes académiques et fait de chaque danseur un soliste. Noé Soulier nous entraîne quant à lui, avec son Corps de ballet (2014), vers un fascinant abécédaire dans lequel le « liant » de la danse prend le devant de la scène.

Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Ballet de Lorraine
du Mercredi 6 janvier 2016 au Vendredi 15 janvier 2016
Théâtre national de Chaillot
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris, France

Paris – New York – Paris (Relâche repris par Petter Jacobson et Thomas Caley, Corps de ballet de Noé Soulier et Sounddance de Merce Cunningham) du 6 au 8 janvier 2016.


Rose – variation de Mathilde Monnier ; HOK – solo pour ensemble d’Alban Richard et Devoted de Cecilia Bengolea et François Chaignaud, du 13 au 15 janvier 2016.


Tél. : 01 53 65 30 00. www.theatre-chaillot.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse