La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -183-picardie

Actions pédagogiques : Quatre jours avec l’Orchestre de Picardie

Actions pédagogiques : Quatre jours avec l’Orchestre de Picardie - Critique sortie Classique / Opéra
Légende : Un concert de l’Orchestre de Picardie devant un public de lycéens.

Publié le 10 décembre 2010

Aujourd’hui, les orchestres sortent de plus en plus souvent des salles de concert pour aller à la rencontre du jeune public dans les écoles. Véritables passeurs de musique savante, ils font découvrir aux enfants les ficelles de l’artisanat musical. À travers ses actions pédagogiques « Quatre jours avec l’Orchestre », l’Orchestre de Picardie mène un travail de fond auprès des élèves de sa région. Au programme, échanges avec les musiciens, écoute d’un concert de musique de chambre, découverte de l’orchestre en répétition puis en représentation. Christine Meurice-Duchossoy et Vincent Defurne, musiciens, évoquent les réactions d’un jeune public curieux et enthousiaste.

Parmi les différents aspects de votre travail, qu’est-ce qui intrigue ou intimide le plus les enfants ?
 
Christine Meurice-Duchossoy (violoncelle) : Lorsque nous arrivons en tenue de concert, les enfants peuvent être un peu effrayés. Ils sont aussi très impressionnés par le fait que nous puissions jouer tous en même temps, en ayant apparemment pour seul repère les gestes du chef !
Vincent Defurne (cor) : Et beaucoup de jeunes ont du mal à admettre l’idée qu’être musicien professionnel est un métier à part entière…
 
 
Comment choisissez-vous le répertoire présenté aux enfants ?
 
C.M.-D. : Il faut trouver un équilibre entre ce que nous aimons jouer et ce qui sera parlant pour les élèves. De plus, le répertoire doit être varié. C’est pourquoi nous intervenons aussi bien en formation orchestrale classique qu’en formation de chambre.Les petits ensembles vont du trio au sextuor pour cordes, vents ou cuivres, parfois aussi pour voix. Il nous arrive aussi d’opter pour des pièces en solo. Par exemple, Le cygne de Saint-Saëns, pour violoncelle seul, nous permet de familiariser les enfants avec le vibrato. Golliwogg’s cakewalk, de Debussy, leur montre qu’un violoncelle peut aussi jouer du jazz. Pour leur faire entendre des sons en pizzicato, nous leur proposons une marche de Prokofiev. Enfin, La danse du sabre, de Khatchatourian, rencontre un vif succès : les enfants adorent participer en tapant dans leurs mains ! Pour retrouver le calme dans l’assemblée, nous leur jouons ensuite l’Ave Maria de Schubert…Quant à l’orchestre, il proposera cette saison Le Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn et la Symphonie n°44 de Haydn.
 
 
Tous les élèves perçoivent-ils la musique classique de la même façon ? Par exemple, notez-vous une différence entre ceux qui y ont été sensibilisés par leur famille et ceux qui n’ont pas souvent l’occasion d’être en contact avec cette musique ?
 
V.D. : Les enfants qui n’ont pas l’habitude de la musique classique sont très surpris de la manière dont nous produisons les sons sur nos instruments. Le temps nécessaire à l’apprentissage et à la maîtrise de l’instrument, l’effort quotidien que les musiciens professionnels doivent fournir tout au long de leur vie, sont d’autres sujets d’étonnement. Par exemple, les enfants sont frappés par le fait qu’un musicien consacre à son travail bien plus d’heures qu’un sportif ! À ce sujet, je cite souvent Mozart : « Lorsque je ne travaille pas pendant une journée, je m’en aperçois. Lorsque je ne travaille pas pendant deux jours, mon professeur s’en aperçoit. Lorsque je ne travaille pas pendant trois jours, le public s’en aperçoit ! »
 
Propos recueillis par Sébastien Llinares


 
Orchestre de Picardie
45, rue Pointin
80 000 Amiens
Tél. 03 22 92 15 84

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra