La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

Festival des Puces

Festival des Puces - Critique sortie Jazz / Musiques Paris Puces de Saint-Ouen et Stade Bertrand Dauvin
Arno sera à l’affiche du grand concert le samedi 6 juin à partir de 19h au Stade Bertrand Dauvin dans le 18e. © Danny Willems

JAZZ / SAINT-OUEN / PARIS

Publié le 27 mai 2015 - N° 233

Pour sa 11e édition, le festival audonien fait sa petite révolution : son traditionnel grand concert passe à Paris et son arc-en-ciel stylistique s’ouvre au rock et au blues.

Fin avril, conférence de presse du Festival des Puces. Ma Cocotte, restaurant designé par Philippe Starck à Saint-Ouen. Les sourires sont de sortie, tout comme les musiciens venus soutenir l’événement audonien : Arno qui affirme « avoir toujours aimé les Puces », le chanteur Alex Bauer caché dans un coin, le guitariste Ninine Garcia (« ce festival est magique, je n’ai jamais vu mieux ») ou encore le comédien-guitariste Yvan Le Bolloc’h. Ce dernier fait même à présent partie de l’organisation aux côtés du guitariste Serge Malik et du violoniste Didier Lockwood. Pour lui, le Festival des Puces est « un vrai événement populaire qui permet de rassembler », et la culture est une manière de « résister » contre l’obscurantisme qui a frappé l’Hexagone début janvier. C’est d’ailleurs pour cette raison que Serge Malik égratigne avec humour « le maire de Saint-Ouen qui a refusé de [leur] louer le Cap », la salle de musiques actuelles de la ville. Résultat, le Festival des Puces organisera son grand concert gratuit de l’autre côté du périphérique, au stade Bertrand Dauvin dans le XVIIIe le samedi 6 juin. Au programme, le guitariste Sylvain Luc, l’accordéoniste Lionel Suarez, le chanteur Lemmy Constantine et bien sûr les projets des organisateurs de l’événement : « Yvan Bolloc’h et ma guitare » et Les Rapetous.

Du jazz manouche mais pas seulement

« Les Puces ont évolué, donc c’est normal que la programmation du festival évolue » affirme Serge Malik. D’habitude dédié au jazz manouche, le Festival des Puces convie aussi cette année le rock abrasif d’Arno pour un étonnant projet autour de grandes chansons de l’époque de la Première Guerre mondiale. Autre invité au carrefour des genres : le trompettiste Boney Fields qui s’allie à Sweet Screamin Jones pour produire un blues électrisant et teinté de funk (le 7 juin). Pour autant, l’événement audonien ne perd pas de vue ce qui irrigue depuis plus de dix ans son ADN : la légendaire tournée des bars où les spectateurs peuvent s’asseoir à deux pas des musiciens. Une manière de réinventer les liens entre artistes et public. Dernier temps fort, le tremplin de jeunes talents (7 juin, Café Picolo). Lors des années précédentes, le pianiste Thomas Ehnco, le (très jeune) guitariste Swan Berger ou la violoniste Fiona Monbet en furent les lauréats. Un vrai gage de qualité.

M. Durand

 

A propos de l'événement

Festival des Puces
du Vendredi 5 juin 2015 au Lundi 8 juin 2015
Puces de Saint-Ouen et Stade Bertrand Dauvin
12 Rue René Binet, 75018 Paris, France

Tél. : 01 40 11 77 36. Places : gratuit.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques