La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Dom Juan ou Le Festin de pierre de Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra

Dom Juan ou Le Festin de pierre de Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra - Critique sortie Théâtre Limoges Théâtre de l'Union - CDN du Limousin
De la musique avant toute chose, et pour cela Gramblanc préfère l’impair… Crédit : Tristan Jeanne-Valès

d’après le mythe de Don Juan et le texte de Molière / spectacle de Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra

Publié le 27 mars 2019 - N° 275

Le Théâtre de l’Union met en œuvre une nouvelle coopérative de création autour du mythe de Don Juan que le clown de Jean Lambert-wild incarne en provocateur jouissif et iconoclaste jubilatoire.

La scénographie chatoyante imaginée par Jean Lambert-wild et Stéphane Blanquet permet d’admirer le brio de compagnons talentueux : les éléments décoratifs en porcelaine réalisés par Christian Couty et les artisans des Porcelaines de la Fabrique, les tapisseries en point numérique d’Aubusson de l’entreprise Néolice, les costumes d’Annick Serret-Amirat concourent à réaliser une œuvre totale. Le Théâtre de l’Union demeure fidèle à sa devise : « le plus grand bien pour le plus grand nombre ». Il affirme non seulement la nécessité impérieuse d’un élitaire pour tous, mais aussi la puissance créatrice du collectif. Mieux qu’une simple troupe, on est face au travail d’un atelier où chacun joue sa partie. Et comme dans tout atelier, les élèves apprennent du maître pour le devenir à leur tour : comme Léonard ou le Pérugin chez Verrocchio, les élèves de l’Académie de l’Union s’essaient au jeu (et reçoivent pour cela les cachets et la reconnaissance de leur statut – chose assez rare pour être mentionnée !). Ils alternent les rôles, car on ne peut jouer Elvire sans savoir jouer Charlotte, ni être le père éploré de l’impénitent provocateur sans savoir se faire le pauvre qui lui demande l’aumône.

Gramblanc comme un volcan

Les comédiens professionnels entourent les débutants : Romaine, Pascal Rinaldi et Denis Alber s’en donnent à cœur joie sur leur estrade musicienne où ils osent un désopilant éloge du tabac et alternent gags musicaux et farces vocales. Steve Tientcheu (que le théâtre devrait songer à employer avant que le cinéma ne monopolise son talent) excelle en Sganarelle pataud et tendrement bougon et Jean Lambert-wild (en Gramblanc, son clown) campe un Dom Juan esthète du jouir, iconoclaste insolent, libertin comme on l’est au Grand Siècle, en provoquant le Ciel plutôt qu’en inséminant les matrices. Adepte du mousquet et de la saillie assassine, le Dom Juan de Gramblanc est un fort méchant homme, qui virevolte sur la pointe de ses souliers rouges au bord de l’abîme dont il semble attendre avec impatience qu’il livre ses secrets : « Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ? / Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! » Ni Dieu ni maître pour ce métaphysicien qui se contrefout de la morale, surtout quand elle est l’excuse de la dépression, la chasuble de la frustration ou, pire encore, le déguisement de l’asservissement. Jubilatoire !

Catherine Robert

A propos de l'événement

Dom Juan ou Le Festin de pierre de Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra
du Mardi 19 mars 2019 au Vendredi 29 mars 2019
Théâtre de l'Union - CDN du Limousin
20, rue des Coopérateurs, 87000 Limoges

Lundi, mardi et mercredi à 20h ; jeudi et vendredi à 19h sauf le 29 mars à 14h ; samedi à 17h. Tél. : 05 55 79 90 00. Du 2 au 5 avril à la Coupe d’Or, à Rochefort. Les 9 et 10 avril au Théâtre Edwige-Feuillère de Vesoul et le 24 avril au Centre culturel Le Rive Gauche de Saint-Etienne-du-Rouvray. Tournée jusqu’en 2020 dont un mois au Théâtre de la Cité internationale à Paris.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre