La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Dîner en ville

Dîner en ville - Critique sortie Théâtre Paris La Colline - Théâtre national
Dîner en ville, de Christine Angot, mis en scène par Richard Brunel. Crédit : Jean-Louis Fernandez

La Colline – Théâtre national / de Christine Angot / mes Richard Brunel

Publié le 19 février 2018 - N° 263

Le directeur de la Comédie de Valence, Richard Brunel, met en scène Dîner en Ville au Théâtre de La Colline. Une (petite) fresque sociale signée Christine Angot.

Il y a Cécile, une actrice célèbre, et son compagnon, Stéphane, un ingénieur du son au chômage. Il y a Marie, une grande professeure de médecine. Florence, la directrice d’une scène nationale des Yvelines. Et Régis, un producteur de cinéma qui travaille également dans la mode. Dîner en ville (spectacle créé le 17 novembre dernier à La Comédie de Valence) présente ces personnages à l’occasion de situations de la vie quotidienne. Une vie parisienne, centrée sur les milieux de l’art et de la culture, qui baigne dans les codes et les privilèges de l’argent, de l’influence, du pouvoir. Les dialogues sont aiguisés, d’une drôlerie pointue. On pourrait presque se croire, par moments, chez Yasmina Reza, dans une version bourgeoisie de gauche, si le théâtre de Christine Angot n’était pas moins bien ficelé. Moins apprêté et sans doute plus vivant. Sa lumière est plus crue, ses accents sont plus bruts. Avant d’assister à la soirée dont il est question dans le titre de la pièce, nous entrons dans l’existence de Cécile. Par le biais de scènes brèves qui, comme d’autres passages du spectacle, peuvent donner un sentiment de bavardage.

La voix de Christine Angot

Quelque chose se contente de glisser. Peine à s’établir, à mettre en évidence les zones souterraines et les ombres portées du théâtre. Bien sûr, il y a une langue. Attirante. Hachée. Consistante dans sa maigreur. Commune et néanmoins singulière. Profondément personnelle. Une langue si caractéristique que l’on a parfois l’impression d’entendre la voix de Christine Angot derrière celles d’Emmanuelle Bercot, de Valérie de Dietrich, de Noémie Develay‑Ressiguier, de Jean‑Pierre Malo et de Djibril Pavadé, les interprètes du spectacle. Au sein de la scénographie dépouillée de Gala Ognibene – qui bannit tout élément de décor pour architecturer l’espace à l’aide d’un système de cloisons mobiles transparentes – ces comédiennes et comédiens tentent d’allier concret et vérité. Emmanuelle Bercot se révèle particulièrement convaincante. Mais le monde de Dîner en ville a du mal à s’imposer. La mise en scène de Richard Brunel qui, malgré son dépouillement, colle aux situations, aurait peut-être dû chercher le contrepoint du texte en le déréalisant. Que retenir alors de cette suite de réflexions sur les présupposés de nos conditionnements, les simagrées de classe, la violence sociale… ? L’oralité littéraire d’une écriture dont on ne fait ici que deviner la force théâtrale.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Dîner en ville
du Mardi 6 mars 2018 au Dimanche 1 avril 2018
La Colline - Théâtre national
15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

Petit Théâtre. Du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h, le dimanche à 16h. Durée de la représentation : 1h10. Spectacle vu le 9 février 2018 à La Manufacture – Centre dramatique nation de Nancy-Lorraine. Tél. : 01 44 62 52 52. www.colline.fr


Egalement le 3 avril 2018 aux Scènes du Golfe, Théâtres Arradon-Vannes.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre