La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Festival MARTO !

Festival MARTO ! - Critique sortie Théâtre
Les Malédictions de Nicolas Bonneau. © Richard Volante

Festival de théâtre d’objets et des arts de la marionnette

Dans les Hauts-de-Seine, l’entrée du printemps s’annonce complètement MARTO !. Pour la 18ème année, dix structures du département s’unissent pour mettre à l’honneur le théâtre d’objets et de marionnettes. Avec une ouverture inédite aux arts numériques.

Pour sa 18ème édition, le festival MARTO ! célèbre l’entrée d’une nouvelle discipline dans les arts de la manipulation : les arts numériques. Réflexion sur « la dématérialisation progressive de nos vies et la délégation de plus en plus grande de nos décisions à des systèmes algorithmiques », le spectacle Softlove (le 14 mars au Théâtre Jean Arp) propose en effet un dispositif immersif qui complète l’habituelle diversité de formes accueillies dans le cadre de l’événement. En plus de ce spectacle du Clair Obscur, groupe d’artistes et de développeurs réunis autour de Frédéric Deslias, les amateurs de nouvelles technologies pourront découvrir les masques de réalité virtuelle conçus par les étudiants de première année du Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués Design et Création numérique de l’École Estienne. Cela dans les dix lieux du festival : le Théâtre 71 – Scène nationale de Malakoff, à l’origine de la manifestation en 2000, le Théâtre Firmin Gémier / La Piscine d’Antony, le Théâtre Victor Hugo de Bagneux, le Théâtre Jean Arp à Clamart, le Théâtre des Sources à Fontenay-aux-Roses, le Théâtre de Châtillon, Le Temps des cerises à Issy-Les-Moulineaux, l’Espace culturel Robert Doisneau de Meudon-la-Forêt et à l’Université Paris Nanterre.

Du papier aux objets connectés

Parmi la quinzaine de spectacles programmés – dont sept créations –, plusieurs sont aux antipodes des créations avec objets connectés. C’est le cas par exemple de White Dog, la dernière pièce des Anges au Plafond (du 15 au 21 mars), dont la présence au Théâtre 71, est selon son directeur Pierre-François Roussillon « la suite d’une histoire d’amour entre une structure et une compagnie ». Laquelle partagera aussi avec le public son goût pour le papier lors d’ateliers d’écriture et de pop-ups dans le but de créer une chaîne de mail-art reliant plusieurs villes des Hauts-de-Seine. A MARTO !, la marionnette crée des liens. Et ce dès l’ouverture du festival le 9 mars, où le Théâtre des Sources et le Théâtre de Châtillon s’associent pour offrir une soirée partagée. L’occasion de percer les mystères de la sorcellerie d’aujourd’hui avec le spectacle documenté Les Malédictions du conteur, auteur et comédien Nicolas Bonneau, puis d’interroger la mécanisation de l’individu avec la nouvelle création de la danseuse et chorégraphe Kaori Ito, Robot, l’amour éternel. Temps fort du festival, la très courue Nuit de la Marionnette (le 10 mars de 20h à 6h) sera aussi un beau carrefour d’esthétiques diverses. Une grande fête animée par le jeune collectif Le Printemps du Machiniste dont, assure le nouveau directeur du Théâtre Jean Arp, Tristan Rybaltchenko, « on entendra reparler, à Clamart et ailleurs ».

Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Festival MARTO !
du Vendredi 9 mars 2018 au Dimanche 25 mars 2018

92000

dans les Hauts-de-Seine. Renseignements sur www.festivalmarto.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre