La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Chat en Poche

Chat en Poche - Critique sortie Théâtre Angers Le Quai – Centre dramatique national Angers
Chat en poche, mis en scène par Frédéric Bélier-Garcia au Quai d’Angers. Crédit : Stéphane Tasse

CRITIQUE/ région
Le Quai - Angers / de Georges Feydeau / mes Frédéric Bélier-Garcia

Publié le 2 mars 2016 - N° 241

Prenant le contre-pied d’un théâtre qui va à cent à l’heure, le directeur du Quai, à Angers, crée un Chat en poche qui s’amuse à prendre son temps. Entre digressions, clins d’œil et embardées  à la lisière du surréalisme, Frédéric Bélier-Garcia joue les rondeurs de la chair contre la sécheresse de la mécanique.

Du théâtre de Georges Feydeau (1862-1921), on voit souvent jaillir des cavalcades, des effets de glissades et d’accélération, la précision – au millimètre – de réactions en chaîne, de ballets d’entrées et sorties, de quiproquos et d’actes manqués. Tout ceci à outrance. C’est précisément ce que semble avoir voulu éviter Frédéric Bélier-Garcia dans la version atypique de Chat en Poche que le directeur du Quai met actuellement en scène à Angers. Une version qui prend son temps, qui se tient à distance de cette hystérisation des situations et des personnages, ainsi que de la forme d’assèchement qui peut en résulter. Ce spectacle composé de toutes sortes d’incises et d’ajouts, de clins d’œil burlesques, s’appuie en effet non seulement sur les répliques ciselées de Georges Feydeau, mais également sur la vie des personnages qui les profèrent. Des personnages qui sont ici des êtres de chair et non de simples figures. Des femmes et des hommes d’aujourd’hui qui, aveuglés par la poussée de leurs illusions et de leurs ambitions, deviennent les proies et les acteurs d’un monde qui se distord jusqu’à l’absurde.

Une corporalité qui sied bien à Feydeau

L’origine de la méprise qui permet cette escalade vers le surréalisme ? Un quiproquo on ne peut plus simple qui fait passer un jeune Bordelais venu effectuer ses études de Droit à Paris pour un grand ténor de l’opéra de Bordeaux. La confusion semble évidemment improbable. Mais elle tient plus de deux heures à force de successions de rebonds et de procédés de déviations. Tout d’abord d’aspect étrangement posé, presque relâché, ce Chat en Poche interprété par Aurélia Arto, Jean-Charles Clichet, Joséphine De Meaux, Sébastien Eveno, Denis Fouquereau, David Migeot, Agnès Pontier et Rodolphe Poulain (comédiens accompagnés par le pianiste Jean-Christophe Bellier et les chœurs de l’ensemble Vox Campus) gagne peu à peu en amplitude. En charme. Et en consistance. On se trouve pris dans les mailles de cette histoire comme dans celles d’un monument opératique. Ou bien, à certains moments, dans celles d’un film de genre. Car Frédéric Bélier-Garcia déborde des codes du vaudeville en se jouant de parenthèses, de contrepoints, d’extrapolations, de références. Il élargit ainsi le champ de la pièce. Lui confère une part de profondeur rieuse. Une forme assez inattendue de mesure et de corporalité.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Chat en Poche
du Mardi 23 février 2016 au Samedi 12 mars 2016
Le Quai – Centre dramatique national Angers
Cale de la Savatte, 49100 Angers, France

Du lundi au mercredi à 19h30, les jeudis et vendredi à 20h30, les samedis à 18h. Relâche le dimanche. Durée de la représentation : 2h05. Tél. : 02 41 22 20 20. www.lequai-angers.eu


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre