La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Catch !, textes de Hakim Bah, Emmanuelle Bayamack-Tam, Koffi Kwahulé, Sylvain Levey et Anne Sibran, mise en scène de Clément Poirée

Catch !, textes de Hakim Bah, Emmanuelle Bayamack-Tam, Koffi Kwahulé, Sylvain Levey et Anne Sibran, mise en scène de Clément Poirée - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête
© Fanchon Bilbille Catch !

textes de Hakim Bah, Emmanuelle Bayamack-Tam, Koffi Kwahulé, Sylvain Levey et Anne Sibran / mes Clément Poirée

Publié le 27 septembre 2021 - N° 292

Ovni théâtral ambitieux, Catch ! de Clément Poirée propose une série de cinq matchs bouillants entre performers acharnés, faisant écho aux conflits de l’époque. Un pari difficile en partie gagné.

Dans le spectacle jubilatoire qu’il a mis en scène l’an dernier, Clément Poirée avait déjà fait appel à l’auteure Emmanuelle Bayamack-Tam, pour une réécriture du Triomphe de l’amour, dans une langue virevoltante qui jouit de son pouvoir. A nouveau, ça virevolte pas mal au Théâtre de La Tempête, mais pour d’autres raisons… plus instinctives. Car avec Catch !, le metteur en scène met littéralement en scène un match de catch, ou plutôt cinq matches, opposant des performers costumés et masqués – bravo à Hanna Sjödin et son équipe – qui ne reculent devant rien. L’héroïne de la cause féminine Misandra, le raciste et misogyne Battery Pork, le musclé en hauts talons Exotico, le vagissant Enfant-Do, le champion emplumé des mondes premiers Black Indian, l’adolescente aux tétons lumineux KassNoisette, le fornicateur Priapico, le dépressif  Melancholia, mais encore Prince Charming, Kaapital, Saturne, Le Grand Esprit des Animaux, Le Sacrificateur Industriel et autres lutteuses et lutteurs acharnés… Dans le public se tiennent deux commentateurs déjantés, alors qu’ils s’affrontent avec cette violence qui claque fort tout en s’affichant comme fausse, comme dans le vrai catch. Avec libre circulation du public, ring authentique, pop-corn et goodies, la salle de théâtre est transformée,  surchauffée, prête pour la castagne. Tout devient arme, chez tous les personnages. À l’occasion, un méchant finit dans une broyeuse dans une ambiance de lynchage, d’autres sont furieusement castrés. Les mots aussi – surtout –  disent la violence, en particulier lors d’une scène de viol opposant Kaapital et Misandra.

Tout est arme

Car les matchs sont aussi des récits, que le metteur en scène a commandés à  Hakim Bah, Emmanuelle Bayamack-Tam, Koffi Kwahulé, Sylvain Levey et Anne Sibran, qui s’emparent librement des personnages archétypaux, revisitant de manière plus ou moins monstrueuse et outrée les problématiques du moment : principalement les relations hommes-femmes, les questions d’identité, le genre, l’écologie… « Alors que notre société connaît une période de tensions exacerbées, j’ai ressenti le besoin d’une grande purgation des passions. » confie le metteur en scène. Évidemment sur la durée (3h30) l’outrance ne peut faire mouche à tous les coups, d’autant plus que chaque match a son propre équilibre à trouver entre la lutte physique et la parole, qui navigue entre surenchère libidineuse ou décalage ironique, entre fulgurances évoquant les dérives d’une époque et de nos vices ou moments trop frontaux (il est vrai que nous avons « rendez-vous avec le pire » !). C’est peut-être ce qui surgit en dehors des combats ou entre les lignes qui marque le plus, tel ce petit personnage étonnant sans yeux ni bouche ni nez, sans C. V. aucun, qui s’immisce dans le premier combat. « Mon inexistence vous dérange ? » demande-t-il. Les comédiens Camille Bernon, Bruno Blairet, Clémence Boissé, Eddie Chignara, Louise Coldefy, Joseph Fourez, Stéphanie Gibert, Thibault Lacroix, Pierre Lefebvre-Adrien et Fanny Sintès sont tous formidables. Pour finir, nous avons une pensée pour Philippe Adrien, disparu le 15 septembre, qui a dirigé avec passion, talent et générosité le Théâtre de La Tempête de 1995 à 2016. Nous l’avons connu dès les débuts de La Terrasse, et nous avons aimé nombre de ses belles pièces.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Catch !
du jeudi 9 septembre 2021 au dimanche 17 octobre 2021
Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manœuvre, 75012 Paris.

du mardi au samedi à 20h, dimanche à 16h. Tél : 01 43 28 36 36. Également au Théâtre National de Bordeaux en aquitaine du 23 au 27 novembre 2021. Durée : 3h30 avec entracte.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre