La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen de Jean Bechetoille

Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen de Jean Bechetoille - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête
Les géniaux comédiens de Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen. Crédit : Guillaume Bosson

texte et mes Jean Bechetoille

Publié le 24 septembre 2019 - N° 280

Jean Bechetoille met en scène le texte pétillant, sarcastique, caustique et follement drôle qu’il a écrit et dont il confie l’interprétation à six comédiens à l’immense et vivifiant talent. A découvrir absolument !

Si, comme le remarquent les anthropologues, le mythe est fait de l’ensemble de ses variations, force est de saluer la naissance d’une nouvelle de ses versions. Bravo à Jean Bechetoille, donc, pour avoir complété le mythe d’Hamlet ! Avant lui, Jules Laforgue avait ajouté une pépite brillante à cet édifice. Jean-Louis Barrault, qui porta le texte de Laforgue sur la scène du Théâtre de l’Atelier en 1939, disait de cet Hamlet qu’il avait été réécrit par un autre Hamlet. Ce qui vaut pour Laforgue vaut pour Bechetoille, nouvel Hamlet, et l’auteur de Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen revendique son inspiration autobiographique. Jean Bechetoille se retrouve dans Markus Nielsen, le jeune homme qui force les siens à rejouer la mort inexplicable de son frère Vincent, comme le prince danois convoque le théâtre pour venger la mort de son père. Comme aussi, autre partie de la pièce de Jean Bechetoille, Franck, le gourou des adorateurs de Sirius, invente un jeu de rôles pour canaliser les névroses de ses adeptes. La mise en abyme est le maître-mot de cette pièce qui se déploie comme on ouvre des poupées gigognes.

Une troupe à la sidérante maestria

Si le principe, l’inspiration et la veine littéraire ne sont pas neufs, le ton et la qualité de l’écriture tranchent, en revanche, avec notre époque émolliente et moralisatrice. L’extravagance précieuse de Jean Bechetoille rappelle le style caustique et l’humour désopilant d’Hervé Blutsch qui faisaient merveille dans son indomptable Ervart, découvert la saison dernière au Rond-Point. Même veine un brin potache, même grande culture littéraire et théâtrale, même aisance stylistique et surtout, même irrévérence et même insolence. Une des grandes qualités de la pièce de Jean Bechetoille est en effet qu’elle renoue avec un anarchisme libertaire que le sérieux messianique contemporain a tendance à étouffer. Dieu, les curés, la famille, les chefs de secte et autres délirants qui font l’amour aux arbres sont donc priés d’aller se rhabiller tant leurs égarements sont joyeusement et plaisamment raillés. Autre qualité de ce spectacle, et non des moindres, le talent éblouissant des comédiens qui l’interprètent. Alice Allwright, Guarani Feitosa, William Lebghil, Laurent Lévy, Nadine Marcovici et Romain Francisco (cabot génial !) rivalisent de justesse, de drôlerie, de sens du rythme, de souplesse, de précision et d’intelligence pour camper les différents personnages de cette fresque névrotico-pataphysique. Mis en scène par son auteur et servi par une troupe dont la cohésion et l’évidente adhésion à la liberté iconoclaste du projet font plaisir à voir, ce spectacle est une des meilleures découvertes de cette rentrée.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Vie et mort d’un chien traduit du danois par Niels Nielsen de Jean Bechetoille
du Vendredi 20 septembre 2019 au Dimanche 20 octobre 2019
Théâtre de la Tempête
Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Du mardi au samedi à 20h30 ; le dimanche à 16h30. Tél. : 01 43 28 36 36. Durée : 1h45.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre