La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Une mort dans la famille, texte et mise en scène Alexander Zeldin

Une mort dans la famille, texte et mise en scène Alexander Zeldin - Critique sortie Théâtre Paris Odéon - Les Ateliers Berthier
La troupe magnifique d’Une mort dans la famille (photo de répétition). © Simon Gosselin

Odéon – Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier 

Publié le 5 février 2022 - N° 296

Brillantissime spectacle dans lequel des étoiles éclatantes tournent autour du trou noir de la mort : Alexander Zeldin dirige des comédiens extraordinaires de vérité et d’émotion. Un chef-d’œuvre !

Après le sensationnel King Lear Syndrome, créé en janvier au TGP, et le scandale de la maltraitance dans certains Ehpad, que dénonce l’enquête de Victor Castanet dans Les Fossoyeurs, on ne sort pas des maisons de retraite en ce début d’année. Signe, peut-être, que le vieillissement de la population française est enfin accepté (en 2040, un quart de la population française aura plus de soixante-cinq ans) et qu’on peut le montrer. La question politique est évidente : comment la société va-t-elle réussir à intégrer et à considérer ceux que l’âge met sur la touche, et dont on ne sait pas où ranger les corps avant qu’ils ne meurent ? La magnifique scénographie imaginée par Natasha Jenkins (dont la mise en scène révèle à la fin les secrets) dispose au plateau quelques sièges vides entre ceux qu’occupent des spectateurs : les personnages qui meurent au cours de la pièce vont s’y asseoir. Idée simple aux ressorts dramaturgiques, intellectuels et politiques puissants : on ne se délivre pas plus des morts par le déni qu’on ne se débarrasse des mourants par la relégation hospitalière. Il faut faire avec. Le titre de la pièce l’indique : les morts font partie de la famille.

Faire avec

Faire avec : se contenter de, supporter, ou inventer des formes nouvelles de sociabilité, d’entente, d’affection, de créativité avec ceux dont le corps ralentit et dont l’esprit batifole ? Enurésie, déambulateur, fauteuil roulant, robe de chambre du matin au soir, chairs avachies et bouches tremblantes qui peinent à accueillir la nourriture : Alexander Zeldin montre tout, sans jamais sombrer dans le voyeurisme ou l’indécence. Comme le dit Simone de Beauvoir, dont La Vieillesse alimente la dramaturgie du spectacle, « ce vieil homme, cette vieille femme, reconnaissons-nous en eux. (…) Du coup, nous n’accepterons plus avec indifférence le malheur du dernier âge, nous nous sentirons concernés : nous le sommes ». Même si l’histoire d’Alice, qui sert de trame à la pièce, suggère que la déchéance due à la maladie et à la vieillesse dynamite les familles, elle est un remarquable appel à la fraternité : ceux des maisons de retraite sont des concitoyens à part entière et pas seulement des objets encombrants. Les comédiens (des plus âgées aux plus jeunes) sont tous remarquables. Impossible de les citer tous, mais mention spéciale à Marie-Christine Barrault, Thierry Bosc et Annie Mercier, sublimes dans leurs rôles de résistants à l’adversité, et à Catherine Vinatier (la fille) et Nicole Dogué (l’aide-soignante), poignantes en cinquantenaires faisant barrage contre le Pacifique de la décrépitude. Tous les comédiens servent un spectacle au réalisme sidérant et à la poésie confondante, dont la portée réflexive et politique est d’une fécondité jubilatoire. A voir absolument !

Catherine Robert

A propos de l'événement

Une mort dans la famille
du mercredi 2 février 2022 au dimanche 20 février 2022
Odéon - Les Ateliers Berthier
1, rue André-Suarès, 75017 Paris.

Du mardi au samedi à 20h ; dimanche à 15h ; relâche le 6 février. Tél. : 01 44 85 40 40. Durée : 2h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre