La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Propos recueillis Stéphane Verrue

Un vent de liberté avec le Discours de la servitude volontaire

Un vent de liberté avec <i>le Discours de la servitude volontaire</i> - Critique sortie Avignon / 2011

Publié le 10 juillet 2011

Le metteur en scène Stéphane Verrue fait entendre le Discours de la Servitude Volontaire d’Etienne de La Boëtie (1530-1563), via le corps et la voix de l’acteur François Clavier. Une parole magistrale, proférée pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

« Bien sûr, les échéances électorales de 2012 approchent, mais au-delà de ces repères, il n’est pas inutile de re-questionner ce texte fondateur de la pensée démocratique. Le Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boëtie évoque le problème social du « vivre ensemble » dans une langue admirable à tous égards. Le projet que je partage avec François Clavier relève d’une actualité brûlante puisque l’Histoire l’a rattrapé d’une certaine façon, avec le Printemps arabe et les révoltes dans le Maghreb et le Machrek. Nous avons proposé des ébauches de notre travail dans divers lycées et nous avons joué au lycée d’Épinay le 14 janvier, au moment même où Ben Ali quittait le sol tunisien. Il s’agit d’un point de vue plus général, d’une réflexion sur l’idée de démocratie. Que fait-on face à l’endormissement de la pensée et à la conscience qui se laisse aller ? L’écriture de La Boëtie est magnifique, limpide et solaire. Le Discours observe les mécanismes du pouvoir et de la tyrannie avec leur organisation verticale à laquelle il oppose une organisation horizontale.
 
Parole visionnaire et engagée
 
Nourri de culture grecque et latine, La Boëtie n’en est pas moins moderne et en avance sur son temps. Se pose la question de savoir ce que fait le peuple quand il se laisse asservir avec tant de facilité. Précurseur des sciences sociales et de la psychologie de masse, l’auteur parle de liberté, d’égalité et de fraternité bien avant les valeurs répertoriées de la République. Plutôt que de mise en scène de l’œuvre, je parlerais d’une rencontre à trois, La Boëtie, François Clavier et moi-même, qui avons fait en sorte que cette parole soit énoncée clairement. Le temps file et cette parole autonome, responsable et mature est directement perceptible. Il suffit d’une chaise, d’un sac à dos et de livres pour que le spectacle se donne dans des lieux de théâtre non sacralisés. Ce discours philosophique vibre non seulement d’une résonance précise, mais il développe encore une dimension orale avec ses adresses à l’autre et à soi-même. N’oublions pas que c’est un jeune homme de 17 ans qui parle aux publics de son âge. Entendre cette parole engagée dans la cité donne un souffle d’oxygène.»
 
Propos recueillis par Véronique Hotte


Discours de la servitude volontaire, d’Etienne de La Boëtie ; mise en scène de Stéphane Verrue. Du 7 au 29 juillet 2011 à 19h30, relâche les 17 et 25 juillet. Théâtre des Halles rue du Roi René. Durée : 1h10. Réservations : 04 32 76 24 51

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes