La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Torquato Tasso

Torquato Tasso - Critique sortie Théâtre Nanterre Théâtre Nanterre-Amandiers
Crédit : Pascal Gely Légende : Tasso (Yvan Hérisson) s’effondre dans les bras de son rival Antonio (Régis Laroche).

Théâtre Nanterre-Amandiers/ de Goethe/ traduction Bruno Bayen / mes Guillaume Delaveau

Publié le 30 mars 2013 - N° 208

Avec « Torquato Tasso », Guillaume Delaveau, le metteur en scène et directeur de la Compagnie X Ici, continue d’explorer après « Prométhée selon Eschyle » et « Vie de Joseph Roulin », les relations tumultueuses, voire toxiques, que l’artiste entretient avec le pouvoir. 

 « Et c’est moi qui devrait ressentir la faveur que le prince me prodigue (…) Il ne peut pas voir le faux-semblant, je ne peux pas prouver qu’on l’illusionne ; je dois me taire, et même me retirer, pour qu’il se berce de cette illusion, pour faciliter l’œuvre des illusionnistes ». Reclus dans sa chambre princière, thébaïde brutalement métamorphosée en prison lors de cette cruciale scène 3 de l’acte IV, Torquato Tasso, poète décillé, monologue. « Âme aux songes obscurs, que le réel étouffe entre ses quatre murs », ainsi décrit par Baudelaire, le héros éponyme, tragique autant que romantique, de cette difficile pièce classique en cinq actes, est le double dramatique de son auteur : Johann Wolfgang von Goethe. Le grand poète allemand du Sturm und Drang, trouve, à l’instar de nombre d’artistes et de penseurs européens de son temps affiliés aux idéaux du mouvement romantique, en la personne du génial autant qu’incompris poète italien de la renaissance finissante, plus qu’une source d’inspiration, une figure d’incarnation. « Il est vertigineux de voir à quel point la vie de Goethe et celle du poète italien s’imbriquent et comment les enjeux intimes se glissent dans les plus politiques » note Guillaume Delaveau.

Un double vertige

Une esthétique scénographique puissante, osée, révèle l’intention du metteur en scène ; la beauté du décor allégorique intrigue avec un bonheur rare le pur géométrique du classicisme et  les aspirations bucoliques du romantisme. Les couleurs, attendrissant l’austère pureté des lignes, se jouent des contrastes.  Les quatre murs, enfermant le plateau dans un rectangle quasi parfait, alternent savamment un profond lie de vin avec un vieux rose vif. Des nuages de pelouse vert  tendre tachent  le plancher. Au premier plan, un panneau que l’on devine amovible, suit les évolutions de l’intrigue, tantôt occultant tantôt démontrant. Modifiant les volumes, il ferme, ouvre ou entrouvre l’espace a-temporel où, au premier plan, à la manière antique, posées sur deux colonnes, les têtes du renommé Virgile et du populaire L’Arioste se font symboliquement face. Cette transfiguration du réel recherchée dans les moindres détails plonge dans un ravissement propice à l’accueil de cette langue sublime rendue à son lyrisme par la traduction versifiée, « d’un autre temps », de Bruno Bayen. Les acteurs relèvent crânement le défi de l’interprétation. A cet égard, si l’on devait en retenir un, ce serait Maxime Dambrin, superbe dans le rôle du prince.

Marie-Emmanuelle Galfré 

A propos de l'événement

Torquato Tasso
du Mercredi 3 avril 2013 au Samedi 27 avril 2013
Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo Picasso à Nanterre.
Du mercredi 3 avril au samedi 27 avril 2013, mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h30, le jeudi à 19h30, le dimanche à 15h30. Tél : 01 46 14 70 00. www.nanterre-amandiers.com Spectacle vu au Théâtre Garonne à Toulouse
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre