La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Tableau d’une exécution

Tableau d’une exécution - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Alain Fonteray. Légende photo : Tableau d’une exécution : un spectacle beau, brillant et intelligent.

Publié le 10 avril 2009

S’emparant du texte viscéral, baroque et exalté que construit Howard Barker autour du personnage d’Anna Galactia, Christian Esnay et les siens inventent un spectacle à la jubilatoire perfection.

Anna Galactia, personnage inspiré à Barker par Artemisia Gentileschi, femme peintre de la Renaissance italienne, reçoit commande de la République vénitienne : réaliser une toile célébrant la bataille de Lépante et la victoire sur les Turcs. Représentant la guerre et ses horreurs davantage que le succès et le triomphe de l’Occident sur l’Empire ottoman, refusant ainsi d’inféoder son talent à l’intérêt politique et de signer une œuvre édifiante exaltant les vertus civiles et militaires, Galactia provoque la colère du Doge et du Cardinal et se retrouve enfermée dans les Plombs pour avoir voulu, contre la vérité politique et idéologique, imposer la vérité crue et sanglante de sa vision du carnage, des corps déchiquetés et de l’horreur de la mort. Anticléricale, luxurieuse, provocatrice, allergique aux concessions, Galactia est finalement sauvée par Rivera, intellectuelle jouant les conseillères en mécénat auprès du Doge Urgentino, qui comprend que la meilleure façon d’amoindrir les effets démoralisants et anarchisants du tableau est de le montrer au public accompagné d’un catalogue prouvant la largesse d’esprit du prince et la capacité sereine du pouvoir à phagocyter le scandale.
 
Représentation de la représentation
 
Le texte de Barker, abrupt et lyrique, compose un univers baroque et violent où les personnages, complexes et torturés, sont habités par le souffle enivrant de la passion. Soif du pouvoir, du sexe, de la transcendance mystique : tous sont saisis par une volonté de vérité qui fait s’entrechoquer les orgueils en une bataille qui mime en ses excès la lutte à mort qui est le sujet du tableau commandé. Christian Esnay réussit avec une remarquable maîtrise de l’espace scénique et une incroyable perspicacité dramaturgique à faire naître sur scène la dialectique implacable de ce conflit. C’est le jeu des comédiens et le plateau électrisé par leur fougue qui montrent l’œuvre que jamais on ne voit et qu’on devine seulement en fond de scène. Lorsque s’ouvrent à la fin les derniers rideaux, le spectateur comprend que la représentation elle-même était le tableau : on n’a jamais vu que lorsqu’on espérait voir et l’on ne comprend qu’a posteriori, lorsque se termine l’expérience esthétique. Brillante illustration de la spécificité de cette expérience, qui ne relève pas de l’élucidation intellectuelle et que celle-ci dilue, ce que comprend Rivera en inventant la critique théorique qui atténue les effets de la puissance de l’œuvre de Galactia. La proposition de Christian Esnay est en cela parfaite qu’elle met en abyme le spectaculaire, montrant ce qui ne peut se voir et ne peut se représenter (autrement dit la mort que l’art ne cesse jamais de traquer) par le biais des conflits libidinaux entre les protagonistes de ce drame. Tout dans ce spectacle participe d’une exceptionnelle et lumineuse intelligence théâtrale : coulisses à vue, multiplication cubiste des points de vue et des incarnations, pertinence de la musique et du son, simplicité confondante d’efficacité des effets. L’ensemble compose une œuvre magistrale, jouissive et captivante.
 
Catherine Robert


Tableau d’une exécution, de Howard Barker ; mise en scène de Christian Esnay. Du 26 mars au 11 avril 2009. Du mardi au samedi à 20h ; le dimanche à 15h. Les 4 et 11 avril, Les Européens à 18h et Tableau d’une exécution à 21h. Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier, angle de la rue André-Suarès et du boulevard Berthier, 75017 Paris. Réservations au 01 44 85 40 40.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre