La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

Sur le bout de la langue…

Sur le bout de la langue… - Critique sortie Avignon / 2011

Publié le 10 juillet 2011

Cinq artistes fraîchement sortis de l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette présentent cinq formes courtes inspirées de contes traditionnels et de mythologies anciennes, contemporaines ou personnelles. Inventif et percutant !

C’est dans le cadre de leur troisième et dernière année d’études à l’ESNAM que les comédiens marionnettistes Carine Gualdaroni, Simon Delattre, Naomi Van Niekerk, Simon Moers et Cristina Iosif proposent chacun ou chacune un solo, nouant ainsi les fils  d’histoires tragiques ou drôles, souvent poétiques, à l’aide de divers matériaux, objets ou marionnettes. Ils sont jeunes et fréquentent les rives de la mort lointaine, les angoisses et les douleurs de l’existence afin de scruter les mystères et les secrets de l’âme humaine. Un jour, je suis morte … de Carine Gualdaroni d’après le conte inuit de La femme squelette évoque le blanc, le froid du Grand Nord et la chair d’une femme dévorée par les poissons. Solo Ferrari de Simon Delattre relève d’une écriture personnelle d’après Wikipédia et jesuismort.com et évoque la mythologie contemporaine de Lolo Ferrari, triste figure à l’énorme poitrine : « Merci Roland Barthes, aux réseaux cybernétiques qui réécrivent l’histoire chaque jour, et au silicone… » 

Méditation sur la vie et la mort

D’après un conte inuit encore, un conte traditionnel africain et des récits personnels, Naomi Van Niekerk écrit Épitaphe, une méditation sur la vie et la mort : « Quand tu tues quelqu’un, tu meurs deux fois ». Simon Moers quant à lui, s’inspire d’un conte traditionnel chinois pour Sous la neige qui tombe, là où se construit la grande muraille de Chine, pour le bon plaisir de l’Empereur, cet homme qui n’est qu’un petit grain comme toute chose sur terre. Et Cristina Iosif revient avec plaisir au rituel enfantin d’Il était une fois, d’après des extraits de contes traditionnels : une femme pêcheur attrape un poisson magique tout en or. Un chemin d’enchantement et de rêve pour tous les publics dès 12 ans.  

 
V. Hotte


Avignon off. Contes marionnettes tout public dès 12 ans. Sur le bout de la langue… Un jour, je suis morte … , jeu et mise en scène de Carine Gualdaroni ; Solo Ferrari, jeu et mise en scène De Simon Delattre ; Epitaphe, jeu et mise en scène de Naomi Van Niekerk, Sous la neige qui tombe, jeu et mise en scène de Simon Moers ; Il était une fois, jeu et mise en scène de Cristina Iosif. Du 7 au 26 juillet 2011 à 13h, relâche les 14 et 21 juillet. La Caserne des Pompiers 116 rue de la Carreterie. Durée 1h10. Réservations : 04 90 84 11 52

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes