La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Seuls

Seuls - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre national de la Colline
Wajdi Mouawad dans Seuls. Crédit : Thibaut Baron

Publié le 30 août 2016 - N° 246

Avec Seuls, créé en 2008, Wajdi Mouawad investit pour la première fois le grand plateau du Théâtre national de la Colline, dont il vient de prendre la direction.

Harwan a eu l’enfance mouvementée. Brinquebalée. Du Liban où il est né au Québec où il vit, en passant par la France, le personnage de Seuls n’est pas sans ressembler à son auteur, metteur en scène et comédien, Wajdi Mouawad. Il admire le théâtre du Québécois Robert Lepage, à qui il consacre une thèse. Il s’interroge sur la mémoire et sa transmission, et nourrit une passion pour la peinture. C’est donc avec sa pièce la plus autobiographique que l’artiste libano-québécois se présente pour la première fois au public de la Colline, à la tête de laquelle il a été nommé en avril dernier. Un choix qui annonce un désir d’échanges autour des différences culturelles, et une ouverture à des récits peu présents sur les scènes françaises.

 L’envers de l’épique

Avec ce seul en scène créé en 2008, déjà joué plus de 150 fois, Wajdi Mouawad a beaucoup surpris. Voire dérouté. Connu alors pour son quatuor historico-mythique Le Sang des Promesses, présenté au Festival d’Avignon en 2009, il entame avec cette pièce un cycle domestique, une série d’oeuvres ancrées dans un univers familier. Il ne met pas pour autant entre parenthèses son goût pour l’étrange, à la limite du fantastique. Dans un décor de chambre toute simple, dépouillée, le réalisme initial laisse place lors d’un basculement dramaturgique à une atmosphère confuse. Où les voix enregistrées du père et de la sœur de Harwan, mêlées à des vidéos, participent d’une troublante polyphonie. Seuls marque aussi les débuts de Wajdi Mouawad dans l’écriture de plateau. Si le monologue du personnage central occupe une place importante dans cette pièce, les lumières d’Éric Champoux, le son de Michel Maurer ou encore les images réalisées par Dominique Daviet contribuent également au récit. Wajdi Mouawad n’est ainsi pas tout à fait seul sur scène. Il poursuit sa dramaturgie du dialogue, entre cultures et entre époques.

Anaïs Heluin

 

A propos de l'événement

Seuls
du Vendredi 23 septembre 2016 au Dimanche 9 octobre 2016
Théâtre national de la Colline
15 Rue Malte Brun, 75020 Paris, France

du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h30. Tel : 01 44 62 52 52.


En tournée. Le Figuier blanc, 95100 Argenteuil. Le 5 novembre. Tel : 01 34 23 58 00. Théâtre des Salins, 13500 Martigues. Les 9 et 10 novembre. Tel : 04 42 49 02 00. The Wilma Theater, Philadelphie. Du 29 novembre au 11 décembre. Sortie Ouest, 34500 Béziers. Du 17 au 19 janvier 2017. Tel : 04 67 28 37 32. Le Manège, Mons (Belgique). Les 28 et 29 mars. Tel : +32(0) 65 33 55 80. Le Maillon, 67100 Strasbourg. Du 27 au 29 avril. Tel : 03 88 27 61 71. Théâtre National Populaire, 69100 Villeurbanne. Du 10 au 13 mai, puis les 20 et 21 mai. Tel : 04 78 03 30 03.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre