La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Duc de Gothland

Duc de Gothland - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l’Epée de Bois
Bernard Sobel en répétition. Crédit photo : Hervé Bellamy

Théâtre de l’Epée de Bois / de Christian Dietrich Grabbe / mes Bernard Sobel

Publié le 30 août 2016 - N° 246

Bernard Sobel et les siens s’emparent de la première pièce d’un jeune auteur méconnu, mort il y a deux siècles. Duc de Gothland, de Christian Dietrich Grabbe, interroge les fondements de ce qu’on appelle civilisation.

« Frère voyant de Rimbaud et de Freud, Grabbe, avec cette œuvre, nous permet de réfléchir, en dehors de toute morale, sur ce qui fonde ce qu’on appelle la civilisation, si peu naturelle et si fragile, si contestable et si précieuse. », écrit Michèle Raoul-Davis, fidèle collaboratrice de Bernard Sobel. Christian Dietrich Grabbe est mal connu en France, et fut longuement oublié en Allemagne, avant que les expressionnistes le redécouvrent, un siècle après sa mort. Fou alcoolique, « minus psychomaniaque », « prétentieux grossier », pour les uns, « cannibale littéraire », « météore déréglé » pour d’autres, ce contemporain et frère spirituel de Büchner fut admiré par Brecht, et Jarry, captivé, traduira l’une de ses œuvres, sous le titre Les Silènes. Duc de Gothland est sa première pièce. Heine, qui le considérait comme un des plus grands poètes de son temps, saluera son génie alors qu’il avait vingt ans.

Un théâtre fracassé et fracassant

 Duc de Gothland raconte le combat entre Berdoa et Théodore, duc de Gothland, héros national, époux et père exemplaire, fils respectueux et frère affectionné. Berdoa conduit une troupe venue se venger du mépris européen. « Berdoa, le « nègre », demi mort ressuscité par la haine et le désir de vengeance, ne veut pas seulement détruire matériellement ce monde exécré, blanc et chrétien, qui l’a réduit en esclavage au prétexte de sa couleur de peau, lui déniant ainsi son humanité. C’est à une civilisation qu’il s’attaque, au socle même d’un ordre moral, social et politique qui se prétend supérieur aux autres. », dit Michèle Raoul-Davis. Le théâtre de Grabbe « rompt avec la métaphysique, la morale, la psychologie », dit Bernard Sobel, qui confie à une troupe d’élite cette œuvre « réputée injouable ». Grabbe est « mon contemporain, dit Bernard Sobel, absolument moderne comme Rimbaud, ayant forgé un théâtre qui dans son texte et dans sa méthode, nous permet d’affronter l’aléatoire de notre univers et de notre condition ». Fureur, extravagance et grotesque, tels sont les fanaux de cette œuvre rétive aux taxons autant qu’à la servitude axiologique, qui se méfie de la fatalité tragique autant que de l’absurde – « L’homme au fond n’est rien, disait Grabbe, il n’est que souvenir ou espoir. » -, et que Bernard Sobel sous-titre Ubu en Forêt noire.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Duc de Gothland
du Mercredi 7 septembre 2016 au Dimanche 9 octobre 2016
Théâtre de l’Epée de Bois
Route du Champ de Manoeuvre, 75012 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h30 ; le dimanche à 16h. Tél. : 01 48 08 39 74.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre