La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Les Damnés

Les Damnés - Critique sortie Théâtre Paris Comédie-Française
Christophe Montenez dans Les Damnés, mis en scène par Ivo van Hove. Crédit : Jan Versweyveld

Comédie-Française / d’après Luchino Visconti, Nicola Badalucco et Enrico Medioli / mes Ivo van Hove

Publié le 5 septembre 2016 - N° 246

Pour sa première collaboration avec la troupe de la Comédie-Française, le metteur en scène belge Ivo van Hove adapte au théâtre le scénario du film Les Damnés, de Luchino Visconti. Créé au Festival d’Avignon, ce grand spectacle populaire sur le naufrage d’une famille et d’une nation est aujourd’hui repris Salle Richelieu.  

Le 16 juillet dernier, avant la dernière représentation des Damnés au Festival d’Avignon, l’équipe artistique du spectacle s’est avancée, en ligne, au pied du plateau de la Cour d’honneur du Palais des papes pour demander au public d’observer une minute de silence à la mémoire des victimes de la tuerie de Nice. La monumentalité de ce lieu hors norme, propice aux grandes fulgurances de théâtre, a offert une caisse de résonance unique à ce moment de recueillement. Les deux heures quinze de spectacle qui s’ensuivirent ont, elles aussi, fait surgir des émotions d’une force particulière. Car en nous confrontant aujourd’hui, en 2016, aux dérives et aux déchirements de la famille Von Essenbeck – riche dynastie d’industriels allemands qui, dans les années 1930, accompagne par affairisme la prise de pouvoir du régime nazi – Ivo van Hove souhaite nous rappeler les fourvoiements de l’histoire et les atrocités qu’ils ont produites. « Ce texte est vraiment un coup de projecteur donné sur le mal, nous confiait il y a quelques mois le metteur en scène*. Je crois que le théâtre est aussi là pour ça : montrer ce qui nous semble dangereux, ce que nous souhaitons combattre ».

 Un « coup de projecteur donné sur le mal »

Notre début de XXIème siècle, gangrené par les populismes et la montée de tous les extrêmes, est-il au bord du gouffre ? Le pire n’est jamais sûr. Mais tous les signaux semblent au rouge. C’est, d’une certaine façon, ce que nous disent Ivo van Hove et les interprètes de la Comédie-Française à travers cette proposition d’une intensité esthétique et politique rare. Nourris par une distribution d’un très haut niveau (le jeune Christophe Montenez, dans le rôle obscur et fiévreux de Martin von Essenbeck, est la révélation du spectacle), ces Damnés entremêlent jeux d’acteurs, projections filmées, paysages sonores et matières musicales. Le travail vidéo de Tal Yarden, loin d’affaiblir l’espace concret et charnel du théâtre, vient ici le valoriser et le complexifier. En pointant du doigt de façon aussi claire et aussi nette les successions de compromissions ayant permis à Adolf Hitler de projeter l’Allemagne et l’Europe dans l’abîme, Ivo van Hove a créé l’un des événements du Festival d’Avignon. Il a conçu un grand spectacle populaire qui nous rappelle à notre devoir de mémoire.

* Avignon en Scène(s) n°9 – juillet 2016.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Les Damnés
du Samedi 24 septembre 2016 au Vendredi 13 janvier 2017
Comédie-Française
1 Rue de Richelieu, 75001 Paris, France

En alternance. Matinées à 14h, soirées à 20h30. Durée de la représentation : 2h15. Spectacle vu le 16 juillet 2016, dans le cadre du Festival d’Avignon. Tél. : 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.fr


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre