La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Rest and Watch de Jean Bechetoille

Rest and Watch de Jean Bechetoille - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête – Cartoucherie
Thomas Bleton, Jacinthe Cappello, Guarani Feitosa, Philippe Le Gall et Hélène Marchand dans Rest and Watch. © Adrien Selbert

Théâtre de la Tempête

Publié le 13 mars 2022 - N° 297

Jean Bechetoille modernise l’épicurisme et en transpose les principes dans une Bourgogne post-apocalyptique. Un spectacle étonnant et déroutant qui confirme l’originalité de son auteur.

« Suave mari magno », chante Lucrèce dans le De natura rerum : « Il est doux, quand la mer est grosse en raison des vents qui agitent les flots, de regarder, depuis la terre, la grande peine que se donne autrui. » Ce n’est pas le malheur des autres qui nous réjouit, mais la satisfaction de n’être pas du naufrage. Lorsque le bouillonnant aujourd’hui se ressource chez les antiques, il se rêve dans la paix de la retraite, occupé à goûter la beauté des choses simples, à l’abri de l’effervescence technophile. Le récent confinement a donné l’occasion à certains de revisiter cet art de vivre, en faisant l’éloge du ralentissement. Nombreux ont été les plaidoyers aussi plaisamment niais que celui que décrit Jean Bechetoille, formulés par des bobos à la campagne, ivres de redécouvrir la cueillette des noix et la naissance des bébés hérissons. Qui sont les personnages de la farce tout en orange que décrit Rest and Watch ? Des décroissants sectaires qui réinventent le farniente et la communication non violente, et agacent à force d’autosatisfaction ? Des sages véritables, qui sont les premiers à comprendre que, lorsque le monde s’emballe, mieux vaut se retirer du combat, quitte à finir en Bourgogne ? Jean Bechetoille ne tranche pas : au spectateur de décider.

Eloge de l’exogamie

Ce refus est sans doute ce qui laisse le spectateur pantois. Plutôt que d’être ainsi désarçonné, on aimerait mieux que soit clairement indiquée la morale de la fable, que Thomas Bleton, Jacinthe Cappello, Guarani Feitosa, Philippe Le Gall et Hélène Marchand interprètent avec bonne humeur et talent. Mais Jean Bechetoille, qui préfère décrire que juger, s’en garde bien. Aliocha et Serge, les deux enfants qui grandissent au sein de cette famille foutraque, où les morts parlent aux vivants et les vivants aux faisans, sont peut-être d’immenses philosophes, peut-être des psychotiques rendus zinzins par des parents qui ont transformé leur échec existentiel en mode de vie. Tous les débats du moment, entre adeptes du retour à la terre et consuméristes effrénés, mangeurs de salades et chasseurs du dimanche, onanistes discrets et baiseurs impénitents sont là, et chacun peut choisir, comme toujours, son camp. Reste que Jean Bechetoille suggère qu’une recette un peu oubliée vaudrait peut-être comme viatique pour l’époque : aller à la rencontre de l’autre et sortir des clairières barricadées du bonheur frelaté et de l’endogamie stérile. Prendre le risque de la rencontre, de l’adversité et du débat. Echapper à la paresse intellectuelle, en somme, même en préférant la sieste…

Catherine Robert

 

A propos de l'événement

Rest and Watch
du jeudi 10 mars 2022 au dimanche 27 mars 2022
Théâtre de la Tempête – Cartoucherie
Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris.

Du mardi au samedi à 20h30 ; dimanche à 16h30. Tél. : 01 43 28 36 36. Durée : 2h.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre