La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Agenda

Rencontres Essonne Danse

<p>Rencontres Essonne Danse</p> - Critique sortie Danse
Cécile Cholet et Christine Guênon dans Roi Lear 4/87 Photo : Bellamy

Publié le 10 mars 2007 - N° 146

La 5ème édition de ce festival dédié à la jeune création révèle Flávia
Tápias, interprète d’exception.

Sans doute n?est-il pas de meilleur moyen pour transmettre une passion que de
partager l’aventure de la création? Depuis cinq ans, le Collectif Essonne Danse
s’engage aux côtés de jeunes compagnies en leur apportant des lieux de
répétition, des moyens de production et surtout des scènes pour rencontrer le
public. Fédérant huit théâtres du département, le festival s’attache à
promouvoir les talents émergents, dénichés notamment aux « Repérages-Danse à
Lille ». Cette année, c’est autour d’une interprète d’exception que
s’articuleront les cinq spectacles présentés : Flávia Tápias, découverte
récemment dans des soli signés Henrique Rodovalho et Rami Levi. La danseuse
brésilienne, qui a commencé sa carrière en 1995 avec le Grupo Tápias avant de
sillonner l’Europe et de prendre la codirection du Dança em Trânsito and
Correios em Movimento à Rio de Janeiro, a travaillé une dizaine de jours avec
chacun des cinq chorégraphes invités et inspiré leur verve gestuelle. Les courts
soli ainsi créés seront présentés en ouverture des différentes soirées et lors
d’une intégrale Soli pour Flávia.

Tendances de la jeune danse internationale

Fidèle à ses principes de tête chercheuse, la programmation 2007 propose un
parcours buissonnier à travers les tendances de la jeune danse internationale.
C’est le français Matthieu Hocquemiller qui ouvre le bal, avec un On épluche
bien les oignons
très physique, mixant danse et acrobatie en un jus bien
relevé. Le chorégraphe effeuille une à une les carapaces de la personnalité et
échancre la fissure pour libérer le bouillonnement interne des affects. Tout
aussi explosif, le solo de Thomas Lebrun dresse la danse comme un poing tendu
face à l’actualité et son cortège hideux d’images violentées. Puisant ses
couleurs dans l’expressionisme allemand, Sol sehen frappe dans le mou du
culturellement correct avec une urgence salvatrice. Avec Under Green Ground,
l’allemande Stéphanie Thiersch passe au crible de sa danse terriblement
irrévérencieuse l’iconographie du féminin, glanée aussi bien dans les magazines,
sur internet que dans les chefs-d’?uvre de la peinture classique que sont le
Déjeuner sur l’herbe
de Manet ou la Vénus de Botticelli. La suisse
Nicole Seiler s’amuse également à confronter l’être et le paraître. Sa Madame
K
cohabite avec ses icônes et ses attributs, projetés, déformés,
surdimensionnés et mouvants. Ce voyage intérieur dans l’univers d’une femme en
proie au décalage entre « soi » et l’image qu’elle renvoie trouve un écho dans
Lui, solo masculin qui raille la rudesse de notre quotidien high-tech
soumis au diktat du matérialisme. Entre temps, le belge Pol Coussement aura
dévoilé la délicate partition de Waar, performance intimiste qui joue
dans le clair-obscur de l’imaginaire des interactions entre le mouvement et la
lumière. Cohérentes et pourtant diverses, ces Rencontres Essonne Danse lancent
une invite à la découverte à saisir au vol !

Gwénola David

Festival Danse en Essonne, du 17 au 30 mars 2007. Rens. 01 60 91 65 60 et
www.adiam91.com/danse/EssonneDanse07.pdf.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse