La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Re-Paradise

Re-Paradise - Critique sortie Théâtre Nanterre Théâtre Nanterre-Amandiers
Le metteur en scène Gwenaël Morin. Crédit : Gwenaël Morin

Théâtre Nanterre-Amandiers / d’après Paradise Now du Living Theater / mes Gwenaël Morin

Dans le cadre du Festival Mondes Possibles – organisé par le Théâtre Nanterre-Amandiers pour célébrer le 50e anniversaire de mai 68 -, Gwenaël Morin présente une recréation de Paradise Now, spectacle emblématique du Living Theater.

Le Festival Mondes Possibles propose à des artistes de défricher des territoires utopiques. A quelle forme d’utopie renvoie Re-Paradise ?

Gwenaël Morin : Bien sûr, à l’utopie de mai 68, puisque c’est cette même année que la troupe du Living Theater a créé Paradise Now au Festival d’Avignon. Mais je dois dire que, pour moi, le fait même de créer des spectacles est une démarche d’utopie. Car cela revient, en passant un contrat entre acteurs et spectateurs, à avancer ensemble dans un monde qui n’existe pas, à vivre l’expérience du faux pour voir apparaître un territoire en plus, un territoire venant augmenter le réel.

Comment vous êtes-vous réapproprié ce spectacle mythique, qui a fait scandale lors de sa création il y a 50 ans ?

G.M. : Paradise Now est une pièce qui a très vite été recouverte par des discours politiques, se voyant d’une certaine façon dépossédée de son statut d’œuvre d’art pour être réduite à un acte de militantisme. Dans Re-Paradise, j’ai voulu revenir à l’artistique en suivant à la lettre la partition extrêmement précise et concrète écrite par Julian Beck et Judith Malina (ndlr, fondateurs du Living Theater) pour leur spectacle.

 

« Pour moi, le fait même de créer des spectacles est une démarche d’utopie. »

 

Il s’agit donc pour vous de réactiver cette partition plutôt que de la réinventer…  

G.M. : C’est ça, comme un pianiste qui restitue le rythme et la mélodie d’une partition musicale. Je n’ai pas pour projet de produire mon propre discours à partir de Paradise Now, mais bien de redonner vie à cette pièce pour mesurer, dans les formes qu’elle développe, ce qui peut encore nous être utile et ce qui a inexorablement vieilli… Ceci, en travaillant à me défaire de tous les filtres, de tous les a priori qui pourraient m’éloigner de cette œuvre, de tous les commentaires que je pourrais malgré moi émettre à son sujet.

Sans entrer dans ces a priori, que représente pour vous cette création ?

G.M. : Elle recoupe un très vieux projet de théâtre qui était déjà présent en puissance dans les tragédies grecques : canaliser le trop-plein d’énergie des êtres humains pour qu’il s’exprime autrement que dans la destruction ou la guerre… Paradise Now essaie de trouver des exutoires à la violence. Ce qui ne veut pas dire que cette pièce milite en faveur de la non-violence, mais plutôt qu’elle essaie de capter la violence qui nous traverse pour l’investir dans des rituels théâtraux.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Re-Paradise
du Vendredi 4 mai 2018 au Samedi 26 mai 2018
Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo-Picasso, 92022 Nanterre

Théâtre de verdure (espaces extérieurs du théâtre).  Les vendredis et samedi à 21h. Tél. : 01 46 14 70 00. www.nanterre-amandiers.com.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre