La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien / Ambra Senatore

Quatuor (titre provisoire) d’Ambra Senatore

Quatuor (titre provisoire) d’Ambra Senatore - Critique sortie Danse Paris Théâtre de la Ville Les Abbesses
Quatuor (titre provisoire) d’Ambra Senatore ©Andrea Macchia

Théâtre de la Ville Les Abbesses / chor. Ambra Senatore

Publié le 15 décembre 2020 - N° 289

À la tête du CCN de Nantes depuis cinq ans, Ambra Senatore retrouve les interprètes de Passo pour une création qui célèbre le bonheur d’être ensemble.

Vous avez souhaité pour cette création réunir les interprètes de Passo ?

Ambra Senatore : Oui, à l’origine de Quatuor (dont le titre est provisoire) il y a le désir de célébrer le parcours professionnel et humain que nous avons partagé grâce à Passo, qui fête ses 10 ans et tourne encore, l’envie de ressentir le plaisir d’être à nouveau ensemble pour créer. J’ai donc fait cette proposition aux cinq danseurs de la pièce, qui ont tous eu depuis des parcours très riches, certains étant aussi chorégraphes. Matteo Ceccarelli, Claudia Catarzi et Caterina Basso étaient disponibles, ce qui fait que nous serons quatre au plateau. J’ai souhaité également retrouver Fausto Bonvini, le créateur lumière qui est à mes côtés depuis 2007 et qui fait partie intégrante du groupe de Passo. Quant à la musique, je l’ai confiée à Jonathan Seilman avec qui ma collaboration est plus récente, puisqu’elle date d’après mon arrivée à Nantes, mais qui est lui aussi devenu un fidèle.

« La question du bonheur d’être ensemble est centrale, c’est la matrice de cette création. »

Quel est le thème de cette nouvelle création ?

A.S. :  Pour moi la création est une histoire de relation, et j’avais envie de travailler sur la beauté de cette relation. Même si nous n’avons pas du tout dans nos recherches abordé la thématique de la crise, cette pièce a été très affectée par le confinement, par les états d’âme que le contexte sanitaire a générés. Les interprètes venant de plusieurs pays d’Europe, nous avons eu beaucoup de mal à nous retrouver pour répéter. Quand nous avons pu le faire, les tests et l’organisation logistique ont pris beaucoup de place. La question du bonheur d’être ensemble est alors devenue centrale, c’est la matrice de cette création.

Retrouve-t-on dans cette nouvelle pièce le jeu entre réalité et fiction qui est emblématique de votre travail ?

A.S. : Oui, on peut dire que l’on continue de sauter entre le réel du contexte présent et la fiction, comme nous continuons de briser le quatrième mur avec une adresse directe aux spectateurs. Mais cette création est très différente de mes autres pièces. J’essaie habituellement de trouver une intelligence de composition, une logique de liens et de retours, de fils qui se tissent, de bouts qui se composent. Là ce n’est pas du tout le cas. L’intérêt de cette création est son côté émotionnel, ce qui n’est pas du tout ma démarche habituelle. Nous avons l’envie que ceux qui ont du bonheur à être ensemble ce soit nous quatre, mais aussi la communauté qui se trouve créée par la salle et le plateau.

 

Propos recueillis par Delphine Baffour

A propos de l'événement

Quatuor (titre provisoire)
du Mercredi 10 février 2021 au Samedi 13 février 2021
Théâtre de la Ville Les Abbesses
31 rue des Abbesses, 75018 Paris

à 20h. Tél. 01 42 74 22 77. Durée : 1h.


Également au Carré, Château-Gontier le 28 janvier, à Zef, Marseille les 11 et 12 mars, au Lieu unique, Nantes les 18 et 19 mars.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse