La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Philippe Lanton

Philippe Lanton - Critique sortie Théâtre
Crédit : D.R Légende : Philippe Lanton

Publié le 10 mai 2012 - N° 198

UN NOUVEAU SOUFFLE VENU DES BALKANS

Metteur en scène et directeur de la compagnie Le Cartel, Philippe Lanton, qui aime travailler dans la durée, ouvre avec Le Professionnel, comédie dramatique signée de l’écrivain serbe Dusan Kovacevic, une nouvelle série de créations dédiées aux écritures balkaniques. La pièce créée la saison passée au TOP est reprise au théâtre Nanterre-Amandiers. Sur le plateau, après la chute du régime communiste, Teodor Kraj, éditeur, fait face à un quotidien aussi banal qu’harassant jusqu’au moment où surgit, venu du passé, Luka, « le professionnel ».

« Le texte, jouant de l’étendue des gammes dramatiques, a la puissance d’une parabole. »

Comment avez-vous rencontré cet auteur ?

Philippe Lanton : La compagnie, qui s’est d’abord intéressée au théâtre allemand du XVIIIème siècle à nos jours, mène un travail de recherche, de laboratoire, avec, à la clé, la découverte de textes et d’auteurs peu ou mal connus. La rencontre avec le public peut prendre des formes multiples : simples lectures, mises en espace, stages, créations. J’ai entendu parler pour la première fois de Dusan Kovacevic un matin à la radio. J’ai eu envie de le lire. A partir de là, l’idée de nous lancer dans une nouvelle aventure, celle des écritures balkaniques, a fait son chemin. Dans cette dynamique, au sein de l’ensemble des textes que nous avons lus et approchés, Le Professionnel est la première des pièces à prendre la forme d’une création. La prochaine pourrait être Jeanne du métro, pièce écrite par le grand romancier serbe, Vidofav Stevanovic, dont la mise en espace est également programmée en même temps que Le Professionnel à Nanterre.

En quoi  cette comédie dramatique vous a-t-elle particulièrement séduit ?

P. L. : Cette lecture m’a saisi, emporté, amusé. Le texte, jouant de l’étendue des gammes dramatiques, a la puissance d’une parabole. Suis-je bien celui que je crois être ? Ou me suis-je égaré dans la construction illusoire d’un moi idéalisé ? Cette histoire est profondément une histoire humaine, historique, politique, morale. Universelle. Et puis il y a la formidable théâtralité de la rencontre de ces deux êtres, de l’ancien salaud et du nouvel égoïste, moment de la rencontre de deux conceptions du monde, communisme contre capitalisme, face à face et renvoyés dos à dos.  Par-dessus tout il y a la force de l’humour désespéré de ce petit coin d’Europe à l’histoire chaotique et sanglante qui, dans ce texte, se fait l’alliée d’une puissance d’émotion sidérante.

Vous montez sur le plateau pour tenir le plus petit rôle de la pièce. Que se joue-t-il dans ce geste là ?

P. L. : J’y tiens pour ne pas perdre de vue ce qu’est le rapport au plateau en tant que comédien. Et puis j’aime être au milieu de mes camarades. Des comédiens avec qui j’ai l’habitude de travailler. Evelyne Pelletier, co-fondatrice de notre compagnie, qui joue Marta est une comédienne d’une rare sensibilité, d’une grande tenue dans l’émotion. Bernard Bloch en « professionnel » incarne avec son expérience formidable cet homme du passé ranimant la mémoire. Face à lui, Luc-Antoine Diquéro, dans la peau de Téodor Kraj, dégage avec ce naturel qu’on lui connaît toute la complexité émotionnelle du personnage. La complicité qui nous lie tous concerne aussi le scénographe Yves Collet avec lequel je travaille depuis plus de dix ans. C’est important de s’inscrire dans la durée.

 

Propos recueillis par Marie-Emmanuelle Galfré


Le Professionnel de Dusan Kovacevic, mise en scène Philippe Lanton. Du mercredi 9 au dimanche 20 mai 2012, du mardi au samedi à 20h30, les dimanches à 15h30. Théâtre Nanterre-Amandiers, 7, avenue Pablo Picasso, 92 022 Nanterre. Tél. 01 46 14 70 00. www.nanterre-amandiers.com Durée : 1h15

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre